Vérités Bibliques
Abonnez-vous

La patience (PDF) Edition PDF

La patience



Nous lisons dans Jacques 1:2-4:

"Mes frères, regardez comme un sujet de joie complète les diverses épreuves auxquelles vous pouvez être exposés, sachant que l’épreuve de votre foi produit la patience. Mais il faut que la patience accomplisse parfaitement son œuvre, afin que vous soyez parfaits et accomplis, sans faillir en rien"

Pour être parfait et accompli, il faut que la patience accomplisse parfaitement son œuvre en nous. Je voudrais donc aujourd’hui approcher de près ce sujet concernant la patience et son importance.

1. La patience: Pourquoi en avons-nous besoin?

Pour commencer, nous irons à Hébreux 12:1-2, où nous lisons:

Hébreux 12:1-2
"Nous donc aussi, puisque nous sommes environnés d’une grande nuée de témoins, rejetons tout fardeau, et le péché qui nous enveloppe si facilement, et courons avec persévérance dans la carrière qui nous est ouverte, ayant les regards sur Jésus, le chef et le consommateur de la foi, qui, en vue de la joie qui lui était réservée, a souffert la croix, méprisé l’ignominie, et s’est assis à la droite du trône de Dieu."

Il y a une course à faire, et nous devrions la courir AVEC PATIENCE, en ayant nos regards sur Jésus, qui aussi a souffert la croix pour la joie qui Lui était réservée. C’est vrai, pensez à la patience de Christ. Il ne fit aucun mal à personne. Par contre, Il guérit les boiteux, Il ressuscita les morts, Il accomplit la volonté de Dieu dans toute sa plénitude. Les miracles qu’Il accomplit infirmèrent toutes les excuses de ses ennemis. Pourtant, Il fut persécuté et torturé plus qu’aucun autre, jusqu’au point d’être crucifié. N’est-ce pas que Christ avait des raisons de se fâcher et de renoncer à sa mission parce que les gens qu’Il servait Le traitaient de manière si horrible? Eh bien, même s’Il en avait, Il ne le fit jamais. Au contraire, IL ENDURA. Vous endurez quand vous vous rendez compte que le but que vous voulez accomplir a beaucoup plus de prix que la peine que vous endurez en ce moment. C’est cela que Jésus fit. Il endura la peine et l’humiliation, ayant le regard sur ce qui viendrait par la suite, à savoir notre salut qui devait être rendu possible par sa peine. Il est notre excellent exemple de patience et c’est Lui vers qui nous devrions tourner nos regards, en Le prenant pour modèle de patience dans la carrière qui est ouverte devant nous. Comme Paul l’a dit dans I Corinthiens 9:24-25:

 "Ne savez-vous pas que ceux qui courent dans le stade courent tous, mais qu’un seul remporte le prix? Courez de manière à le remporter. Tous ceux qui combattent s’imposent toute espèce d’abstinences, et ils le font pour obtenir une couronne corruptible; mais nous, faisons-le POUR une couronne incorruptible."

La récompense de notre course n’est pas une couronne corruptible sur un corps corruptible fournie par une main corruptible. Au contraire, il s’agit d’une couronne INCORRUPTIBLE sur un corps INCORRUPTIBLE, spirituel, fournie PAR UNE MAIN INCORRUPTIBLE: la main de JÉSUS CHRIST. Et Hébreux 12 continue, en disant:

Hébreux 12:3
"Considérez, en effet, celui qui a SUPPORTÉ contre sa personne une telle opposition de la part des pécheurs, afin que vous ne vous lassiez point, l’âme découragée"

Et Hébreux 10:35-36
"N’abandonnez donc pas votre assurance, à laquelle est attachée une grande rémunération. Car VOUS AVEZ BESOIN DE PERSÉVÉRANCE, AFIN QU’APRÈS AVOIR ACCOMPLI LA VOLONTÉ DE DIEU, VOUS OBTENIEZ CE QUI EST PROMIS." Encore un peu, un peu de temps: celui qui doit venir viendra, et il ne tardera point. Et mon juste vivra par la foi; mais, s’il se retire, mon âme ne prend pas plaisir en lui. Nous, nous ne sommes pas de ceux qui se retirent pour se perdre, mais de ceux qui ont la foi pour sauver leur âme."

Notre patience et notre confiance sont énormément récompensées. Jésus Christ vient avec des couronnes, avec des récompenses pour ceux d’entre nous qui ont enduré et ne se sont pas retirés. Parfois, nous sommes si inconstants. Nous pensons que c’est ici notre demeure permanente et que nous allons y demeurer pour toujours. Cependant, notre véritable cité est dans les cieux (Philippiens 3:20). Nous sommes des hommes appelés par Dieu pour Le connaître Lui et Son Fils, le Seigneur Jésus Christ, pour la connaissance de celui pour qui tout le reste n’est que boue (Philippiens 3:8). Il est le Chef et le Consommateur de notre foi (Hébreux 12:2). Il est notre Cité céleste, notre Demeure véritable et permanente (II Corinthiens 5:1). Il est la réalité de la couronne que nous ne voyons pas maintenant et pour laquelle nous endurons pourtant, à l’exemple de l’athlète qui ne voit pas son propre prix mais qui endure et se prépare pour le gagner.

2. Patience passive et patience agissante

Puisque nous parlons de patience, j’aimerais clarifier pour montrer de quel genre de patience nous parlons. La raison est qu’il existe deux types de patience: la patience passive et la patience agissante. La patience passive ne fait que faire passer le temps, attendant passivement la fin. L’exemple d’une telle patience est celle des prisonniers, des captifs et d’une manière générale ceux qui ont été surpris dans une situation qu’ils acceptent passivement.

L’opposé de la patience passive est la patience agissante, la patience du compétiteur qui, en vue de la victoire, endure toutes les souffrances et coups qu’un combat implique. Il peut être touché mais il endure tout pour l’amour de sa mission. Je crois que c’est cette sorte de patience dont Dieu parle dans Sa Parole. Il ne s’agit pas d’une patience désespérée, sans ambition que Dieu nous demande d’avoir. Comme nous le lisons dans Hébreux 12:1-2: "COURONS avec persévérance dans la carrière qui nous est ouverte, AYANT LES REGARDS sur Jésus, le Chef et Consommateur de notre foi". Nous sommes patients, EN COURANT (action) dans la carrière et EN AYANT LES REGARDS (action) sur quelqu’un: LE SEIGNEUR JÉSUS CHRIST, LE CHEF ET LE CONSOMMATEUR DE NOTRE FOI. Dieu ne fait pas de nous des prisonniers de guerre ni des soldats qui marchent de temps en temps et qui s’en retournent à leurs camps. Il a fait de nous des marines spirituels, dans une guerre pleinement engagée "contre des principautés, contre des autorités, contre les princes de ce monde de ténèbres, contre des esprits méchants dans les lieux célestes" (Ephésiens 6:12). Nous ne paradons pas sur un terrain complaisant, nous sommes au combat dans une bataille réelle sur un territoire ennemi. Nous ne sommes pas ici juste pour étaler nos armes, pour dire que nous les avons, mais pour les UTILISER dans toute leur incomparable puissance. Naturellement, comme dans toute guerre, nous pouvons traverser des souffrances et encaisser des coups. Mais quoi? Allons-nous nous effrayer pour autant? Allons-nous laisser le diable continuer à nous garder en prison sous la menace des conséquences. Ecoutez ce que Dieu dit à ce propos:

II Timothée 2:3
"Souffre avec moi, comme un bon soldat de Jésus Christ"

Le bon soldat supporte les souffrances. Pour l’amour de sa mission il est prêt à sacrifier tout. Il a sans doute l’esprit de son Commandant:

Philippiens 2:5-11
"AYEZ EN VOUS LES SENTIMENTS QUI ÉTAIENT EN JÉSUS CHRIST, LEQUEL EXISTANT EN FORME DE DIEU, N’A PONIT REGARDÉ COMME UNE PROIE À ARRACHER D’ÊTRE ÉGAL AVEC DIEU, MAIS S’EST DÉPOUILLÉ LUI-MÊME, SE RENDANT OBÉISSANT JUSQU’À LA MORT, MÊME JUSQU’À LA MORT DE LA CROIX. C’est pourquoi Dieu L’a souverainement élevé, et Lui a donné le Nom qui est au-dessus de tout nom, afin qu’au Nom de Jésus tout genou fléchisse dans les cieux, sur la terre et sous la terre, et que toute langue confesse que Jésus Christ est Seigneur, à la gloire de Dieu le Père."

Le bon soldat a l’esprit de son commandant. Il est obéissant, même jusqu’à la mort, s’il le faut. Il s’est mis à la disposition de son Seigneur et malgré les souffrances auxquelles il peut être exposé, il les endure, en ayant son regard fixé sur Lui.

D’autre part, il y a le soldat qui a peur des difficultés. Lorsqu’elles surgissent, il tremble et préfère se retirer pour retourner dans la captivité. Le geôlier qui rugit comme un lion (I Pierre 5:8) le terrifie. Il a essayé de se convaincre qu’il avait quelque puissance sur lui, afin de dissimuler la vérité qui dit que CELUI QUI EST EN VOUS EST PLUS GRAND QUE CELUI QUI EST DANS LE MONDE" (I Jean 4:4). Puisse ce soldat comprendre aussi la vérité. Puisse-t-il briser ses chaînes, renverser les forteresses et les pensées de l’esprit (II Corinthiens 10:4), qui le tiennent captifs dans la fausse sécurité de la prison, et sortir pour la bataille, comme un bon soldat qui, renonçant à lui-même, combat sans peur et avec patience. Cependant, non plus avec une patience passive, mais avec une patience AGISSANTE.

3. Autres exemples de patience

3.1 L’exemple du laboureur et de la semence

Outre l’exemple de Jésus, d’autres exemples de patience sont fournis dans Jacques 5. Là, en commençant à partir du verset 7 nous lisons:

Jacques 5:7-8
"Soyez donc patients, frères, jusqu’à l’avènement du Seigneur. Voici, le laboureur ATTEND le précieux fruit de la terre, prenant patience à son égard, jusqu’à ce qu’il ait reçu les pluies de la première et de l’arrière-saison. Vous aussi, soyez patients, affermissez vos cœurs, car l’avènement du Seigneur est proche."

Le laboureur voit-il les fruits pour lesquels il travaille? NON. Cependant, il espère cela. Il endure tous les travaux pénibles et coûteux, pour qu’à la fin, sa ferme produise autant de fruits que possible. On pourrait dire que le fruit de sa ferme est en parfaite proportionnalité avec sa patience. C’est vrai, imaginez simplement l’image d’un laboureur paresseux qui néglige les travaux nécessaires pour sa ferme. Comparez-le maintenant avec celui qui, en dépit de la chaleur d’été et du froid d’hiver, prend soin de sa ferme en faisant tous ces travaux pénibles que l’autre évite. Pourquoi le fait-il? Parce qu’il a la vision de quelque chose qui ne se voit pas encore, mais pour lequel il endure: le fruit. C’est cette ferme qui apportera beaucoup de fruit, et cet exemple de ce bon laboureur patient qui nous est donné. Comme le Seigneur l’a dit dans la parabole du bon semeur:

Luc 8:11-15
"Voici ce que signifie cette parabole: La semence, c'est la parole de Dieu. Ceux qui sont le long du chemin, ce sont ceux qui entendent; puis le diable vient, et enlève de leur cœur la parole, de peur qu'ils ne croient et soient sauvés. Ceux qui sont sur le roc, ce sont ceux qui, lorsqu'ils entendent la parole, la reçoivent avec joie; mais ils n'ont point de racine, ils croient pour un temps, et ils succombent au moment de la tentation. Ce qui est tombé parmi les épines, ce sont ceux qui, ayant entendu la parole, s'en vont, et la laissent étouffer par les soucis, les richesses et les plaisirs de la vie, et ils ne portent point de fruit qui vienne à maturité. Ce qui est tombé dans la bonne terre, ce sont ceux qui, ayant entendu la parole avec un cœur honnête et bon, LA RETIENNENT, ET PORTENT DU FRUIT AVEC PERSÉVÉRANCE."

La Parole de Dieu a été semée dans nos cœurs. De même que le laboureur ne voit pas le fruit de sa ferme mais endure pour cela, ainsi en est-il de nous, en tant que bons laboureurs, censés garder la semence de la Parole dans notre cœur AVEC PATIENCE. Dans la parabole, la semence était toujours la même. Seulement le laboureur dut être PATIENT. Il garda la semence dans sa ferme (cœur) et en retour il porta beaucoup, beaucoup de fruits, voire même au centuple (Matthieu 13:9). Et le plus important, il porta des fruits qui durent pour toujours, jusque dans l’éternité.

3.2 Le cas de Job

Un autre exemple qui est donné dans Jacques 5 est l’exemple de Job. Nous lisons donc au verset 11ce qui suit :

Jacques 5:11
"Voici, nous disons bienheureux ceux qui ont souffert patiemment. Vous avez entendu parler de la patience de Job, et vous avez vu la fin que le Seigneur lui accorda, car le Seigneur est plein de miséricorde et de compassion"

L’histoire complète de Job peut être lue dans le livre respectif. Il fut horriblement tenté par le diable. En effet, il fut dépossédé de tout ce que l’homme considère comme bénédictions. Ses enfants furent tués. Il perdit ses biens. Lui-même gravement accablé de maux avec une femme qui se railla de lui en lui disant de maudire Dieu et de mourir. Et comme si cela ne suffisait pas, il reçut la visite de trois amis qui, bien qu’étant venus pour le consoler, tentaient de le persuader que c’était à cause de sa faute que tout cela lui arrivait. Cependant, la Bible nous dit que Job était patient. Comme on peut le lire à la fin de son Livre, malgré toute l’adversité, Job passa avec succès l’épreuve de sa foi.

En prenant son exemple pour modèle, notre foi ne devrait pas dépendre de nos avoirs ni de la satisfaction qu’on en tire. Une telle foi est conditionnelle. Au contraire, nous devrions faire du Seigneur le seul Responsable de chaque aspect de nos vies. Pour Lui, nous sommes "COMPLETS EN LUI" MAINTENANT (Colossiens 2:10)! Quel est votre problème? Votre santé, votre solitude, tel ou tel autre problème? Pour Dieu vous êtes "COMPLETS EN LUI (Christ)" MAINTENANT. Avant qu’Il vous donne toute autre bénédiction, Il vous a déclaré COMPLET, parce que vous croyez en Son Fils.

Pour bon nombre d’églises, la foi est mesurée en fonction des bénédictions qu’on a. Ainsi, une fois que sa santé ou ses biens sont touchés, il n’est pas facile d’aider une telle personne. Nous nous comportons comme les amis de Job qui, au lieu de consoler, condamnaient. Bien sûr, il est légitime d’être abondamment béni en tout. Mais notre plénitude ne dépend pas de l’abondance des bénédictions matérielles. "Dieu ne refuse aucun bien à ceux qui marchent dans l’intégrité" (Psaumes 84:11) dit la Parole, et Il "nous a donné tout ce qui contribue à la vie et à la piété" (II Pierre 1:3). Pour finir, Dieu restitua à Job ce qu’il avait perdu (Job 42:10). Imaginez quelle fut sa joie quand il guérit, quand il reçut ses biens au double, ses enfants, etc. Imaginez la joie de Christ quand Il nous a vus Le confesser comme Seigneur. Christ souffrit la croix, Job perdit tout, mais aucun de deux ne perdit sa patience, ce qui, en son temps, produisit ses bons fruits.

3.3 L’exemple des prophètes

Un autre exemple dans l’épître de Jacques est l’exemple des prophètes. Nous lisons donc au verset 10:

Jacques 5:10
"Prenez, mes frères, pour modèles de souffrance et de patience les prophètes qui ont parlé au Nom du Seigneur."

Nous prenons parfois les prophètes et généralement les hommes de Dieu, de qui nous lisons les témoignages dans la Bible, comme des surhommes. Nous les prenons comme des héros qui étaient capables de tant et tant de choses, mais nous.......... Pourtant, la vérité est différente. Dans la réalité, qui d’entre les prophètes de l’Ancien Testament était un fils de Dieu comme vous l’êtes aujourd’hui (Galates 4:1-7). Qui d’entre eux fut né de nouveau de Sa semence incorruptible (I Pierre 1:23)? Est-ce que Paul et Pierre ou tout autre homme du Nouveau Testament a reçu plus que ce que vous avez? Le même Saint-Esprit qu’Il leur donna est le même qu’Il vous a donné. La promesse pour accomplir de plus grandes œuvres que celles de Christ ne fut donnée à personne parmi ces surhommes de cette époque-là, mais à QUICONQUE CROIT EN JÉSUS CHRIST:

Jean 14:12
"En vérité, en vérité, Je vous le dis, CELUI QUI CROIT EN MOI FERA AUSSI LES MÊMES ŒUVRES QUE MOI, IL EN FERA DE PLUS GRANDES, PARCE QUE JE M’EN VAIS AU PÈRE"

En revenant à notre sujet, les prophètes sont véritablement un exemple très vivant de patience et de souffrance. C’est vrai, pensez à Jérémie, Esaïe, Elie, et les autres qui, au lieu d’une vie de tout repos, choisirent de souffrir, de combattre, d’endurer. Au lieu de se prendre eux-mêmes en charge, ils choisirent de s’abandonner dans la Main de leur Seigneur comme de simples vases. Mais dans le Nouveau Testament également, prenez l’exemple de Paul. Comme lui-même le témoigne.

II Timothée 3:10
"Pour toi, tu as suivi de près mon enseignement, ma conduite, mes résolutions, ma foi, MA DOUCEUR, ma charité, ma constance, mes persécutions, mes souffrances. A quelles souffrances n’ai-je pas été exposé à Antioche, à Icone, à Lystre? Quelles persécutions n’ai-je pas supportées? Et le Seigneur m’a délivré de toutes. "

Aussi, II Corinthiens 6:4
"Mais nous nous rendons à tous égards recommandables, comme serviteurs de Dieu, PAR BEAUCOUP DE PATIENCE......"

Nous nous sommes engagés dans un combat spirituel qui implique des souffrances et des temps difficiles et nous avons besoin de patience pour le mener. En ce qui concerne Paul, il déclara vers la fin de son ministère:

II Timothée 4:7-8
"J’AI COMBATTU LE BON COMBAT, J’AI ACHEVÉ LA COURSE, J’AI GARDÉ LA FOI. Désormais la couronne de justice m’est réservée; le Seigneur, le Juste Juge, me la donnera dans ce jour-là, et non seulement à moi, mais encore à tous ceux qui auront aimé son avènement."

Christ aussi a dit, en parlant de Dieu:

Jean 17:4
"J’ai achevé l’œuvre que Tu M’as donnée à faire"

Christ, Paul, les prophètes n’étaient pas des masochistes qui se complaisaient à souffrir. Ils étaient des COMBATTANTS, DES MARINES SPIRITUELS, qui ne reculaient pas devant la souffrance et faisaient tout le nécessaire pour accomplir leur mission, en vue de l’œuvre du Ministère. Hier c’était Paul et les autres, aujourd’hui c’est nous menant le même combat SOUS LE MÊME COMMANDANT: LE SEIGNEUR JÉSUS CHRIST. Puissions-nous, tout comme eux, combattre le bon combat de la foi et achever la course. Ce n’est pas une course facile, mais c’est certainement la meilleure course à laquelle participer en vue d’une fin heureuse: le Seigneur Jésus Christ attendant d’honorer notre patience avec la couronne de justice, comme Il le fera justement pour beaucoup d’autres qui, à travers les siècles choisirent de mener le même combat, en se reniant eux-mêmes et en se plaçant sous les ordres de leur SEIGNEUR.

4. La patience: Comment l’obtenir?

Après avoir vu combien la patience était importante, nous terminerons en analysant la façon dont elle est produite. Nous lisons donc dans Romains 5:3-5:

"Bien plus, nous nous glorifions même des afflictions, sachant que l’affliction produit la persévérance, la persévérance la victoire dans l’épreuve, et cette victoire l’espérance. Or, l’espérance ne trompe point, parce que l’amour de Dieu a été répandu dans nos cœurs par le Saint-Esprit qui nous a été donné"

Et Jacques 1:2-4
"Mes frères, regardez comme un sujet de joie complète les diverses épreuves auxquelles vous pouvez être exposés, sachant que l’épreuve de votre foi produit la patience. Mais il faut que la patience accomplisse pleinement son œuvre, afin que vous soyez parfaits et accomplis, sans faillir en rien."

En fait, qui aurait espéré qu’il faille tant faire pour accomplir la volonté de Dieu, afin d’être fructueux et de courir dans la carrière c.-à-d. qui aurait cru que la patience soit le produit des tribulations et d’épreuves? C’est probablement à cause de cette raison que les deux passages ci-dessus nous exhortent de nous glorifier dans les tribulations et de nous réjouir dans les tentations!! Car si nous demeurons fidèles, alors cela produira la patience, qui à son tour produira l’endurance, l’espérance, la perfection! Si donc nous souffrons "selon la volonté de Dieu, remettons-Lui nos âmes" - "le Dieu de la persévérance et de la consolation" (Romains 15:5) - "comme au fidèle Créateur" (I Pierre 4:19). Soumettons-nous à Lui et laissons-Le faire en nous CE QU’IL VEUT. "Il n’est pas de soldat qui s’embarrasse des affaires de la vie, s’il veut plaire à celui qui l’a enrôlé" (II Timothée 2:4) dit la Parole, et nous sommes les soldats de Jésus Christ. Déchargeons-nous donc de tous nos soucis, de toutes "les problèmes de cette vie", sur Dieu. "Rejetons tout fardeau, et le péché qui nous enveloppe si facilement et courons avec patience dans la carrière qui nous est ouverte, ayant nos regards sur Jésus, le Chef et le Consommateur de notre foi"

Anastasios Kioulachoglou

 Français: Christine Bodart (Christian-translation.com)