Vérités Bibliques
Abonnez-vous

Shadrac, Méshac et Abed-Nego (Daniel 3:16-18) (PDF) Edition PDF

Shadrac, Méshac et Abed-Nego (Daniel 3:16-18)



Dans Daniel 3 nous lisons l’histoire de trois hommes Shadrac, Méshac, et Abed-Nego. Ces hommes, avec Daniel, avaient été nommés à des positions d’autorité dans la province de Babylone (Daniel 2:49). C’était des juifs pieux à qui Dieu avait donné la "connaissance et le talent dans toutes sortes d’apprentissage et la sagesse" (Daniel 1:17), et qu’Il avait élevés à ces positions d’autorité. En raison de leur position, ils jouissaient de beaucoup de privilèges dont non seulement les juifs, mais aussi la plupart des natifs ne jouissaient pas. Ils étaient certainement des gens bénis. Cependant, un jour la situation changea. Nebucadnestar, leur patron, avait fabriqué une statue d’or demandant que tout le monde l’adore. Tout le monde dans le royaume devait adorer cette image et si quelqu’un désobéissait, il devait être brûlé dans la fournaise de feu. Ainsi, Shadrac, Méshac et Abed-Nego firent face à un défi: Suivraient-ils le commandement du roi, en défendant leurs vies, leurs bénédictions, leurs familles, leurs positions, pour ensuite probablement demander "pardon" auprès de Dieu, ou obéiraient-ils à Sa Parole, et ne se prosterneraient-ils jamais devant cette idole? Daniel 3:8-12 nous dit qu’ils choisirent la dernière option. Ainsi, ils furent amenés devant le roi, et bien que très fâché contre eux, il décida de leur accorder une seconde chance: "Mais si vous n’adorez pas, vous serez jetés immédiatement dans la fournaise ardente. Et qui est ce dieu qui vous délivrera de mes mains?" (Daniel 3:15), leur demanda-t-il. Alors, Shadrac, Méshac et Abed-Nego répondirent:

Daniel 3:16-18
"Shadrac, Méshac et Abed-Nego répondirent au roi, en disant: "O Nebucadnestar, nous n’avons pas besoin de te répondre là-dessus. Voici, notre Dieu que nous servons peut nous délivrer de la fournaise ardente, et il nous délivrera de ta main, ô roi. Sinon, sache, ô roi, que nous ne servirons pas tes dieux, et que nous n'adorerons pas la statue d'or que tu as élevée."

Shadrac, Méshac, et Abed-Nego s’étaient résolus à n’adorer en aucune manière cette idole. Malgré qu’ils savaient que Dieu pouvait les délivrer, ils ne le prirent pas forcément comme un fait certain. Ils obéirent à Dieu sans condition, et même s’Il ne les délivrait pas ("Mais SI NON") ils n’adoreraient pourtant pas les idoles du roi ("que cela soit clairement connu de toi, O roi, que nous ne servirons pas tes dieux, ni n’adorerons la statue d’or que tu as dressée"). Comme le dit Daniel 3:28: Ils avaient livré leurs corps pour L’adorer. Leur réponse rendit le roi plus furieux et la fournaise fut chauffée plus qu’il ne convenait. Shadrac, Méshac, et Abed Nego y furent immédiatement jetés. Cependant, quelque chose d’inattendu frappa le roi et ses conseillers d’étonnement: au lieu d’être instantanément consumés, ces gens étaient en train de se promener dans la fournaise, pas seulement cela mais en compagnie de quelqu’un d’autre dont la forme ressemblait à celle "d’un fils de Dieu" (Daniel 3:25)! Immédiatement, le roi commanda de les faire sortir. Sa réponse est contenue dans les versets28 à 30:

Daniel 3:28-30
"Nebucadnestar prit la parole et dit: Béni soit le Dieu de Shadrac, de Méshac et d'Abed Nego, lequel a envoyé son ange et délivré ses serviteurs qui ont eu confiance en lui, et qui ont violé l'ordre du roi et livré leur corps plutôt que de servir et d'adorer aucun autre dieu que leur Dieu! Voici maintenant l'ordre que je donne: tout homme, à quelque peuple, nation ou langue qu'il appartienne, qui parlera mal du Dieu de Shadrac, de Méshac et d'Abed Nego, sera mis en pièces, et sa maison sera réduite en un tas d'immondices, parce qu'il n'y a aucun autre dieu qui puisse délivrer comme lui. Après cela, le roi fit prospérer Shadrac, Méshac et Abed Nego, dans la province de Babylone."

Notre intérêt au travers de tels passages porte sur les bénédictions et la délivrance de Dieu. Et cela vaut la peine d’y porter notre attention. En même temps que cela, je tiens également à mettre aujourd’hui un accent spécial sur l’obéissance de ces trois hommes, et particulièrement sur le fait qu’ils l’ont fait sans condition. En fait, ces gens n’avaient pas conditionné leur obéissance à Dieu contre Sa délivrance, mais aussi même s’Il ne les aurait pas délivrés, ils obéiraient. En appliquant ceci à nous-mêmes, nous dirions qu’il nous conviendrait d’obéir à Dieu inconditionnellement, parce que nous avons décidé de nous soumettre totalement à Lui. Il s’agit d’une soumission inconditionnelle qui est la source de notre obéissance. Evidemment Dieu est capable de délivrance, néanmoins notre obéissance ne doit pas être basée sur telle ou telle autre condition.

Anastasios Kioulachoglou

Français: Christine Bodart (Christian-translation.com)