Vérités Bibliques
Abonnez-vous

Téléchargez gratuitement la version PDF de l'étude optimisé pour votre lecteur électronique / ordinateur de bureau / Smartphone: Livres électroniques gratuit. Edition PDF

Mauvaise Interprétation d'Hébreux 6 et 10



Beaucoup de ceux qui chérissent la conviction que le moment quelqu'un croit, il est sauvé une fois pour toutes et indépendamment de ce qui va arriver à sa foi après, voyant que Hébreux 6 et Hébreux 10 ne s'alignent pas avec cette conviction, ont essayé de trouver des façons d'expliquer ces passages. Plusieurs de ces explications soutiennent essentiellement que celles-ci ne se rapportent pas aux croyants. Mais si une personne qui a été sanctifié par le sang de Jésus et a été un participant de l'Esprit Saint n'a jamais été un croyant, alors qui est un croyant?

D'autres cependant, malgré qu'ils soutiennent encore cette doctrine, ils ne peuvent pas nier l'évidence enseigné dans ces passages qu'ils se réfèrent en effet aux croyants. L'un d'entre eux c'est Barnes, un commentateur connu, dont j'utilise fréquemment. Il a dit ce qui suit dans ses commentaires sur Hébreux 10:26:

“Si après notre conversion et lorsque nous devenons de vrais chrétiens, nous abandonnons, il serait impossible d'être récupérer à nouveau, car il n'y aurait pas d'autre sacrifice pour le péché; aucun moyen par lequel nous puissions être sauvés”. Ce passage, tout comme Hébreux 6:4-6 a donné lieu à beaucoup de différence d'opinion. Mais que ce qui précède est l'interprétation correcte, me semble évident à partir des considérations suivantes:

1) C'est l'interprétation naturelle et évidente, comme se produirait probablement à quatre vingt dix neuf lecteurs sur cent, s'il n'y avait pas de théorie à l'appui, et sans crainte qu'il serait en contradiction avec une autre doctrine.

2) elle est conforme à la portée de l'épître, qui est, de garder ceux que l'apôtre appelle à ne pas retourner de nouveau à la religion juive, dans les épreuves auxquelles ils ont été soumis.

3) il est en conformité avec le sens juste de la langue - les mots «après que nous avons reçu la connaissance de la vérité”, se rapportent plus naturellement à une véritable conversion que de tout autre état d'esprit.

4) le sentiment ne serait pas juste s'il ne se rapportait pas aux croyants. Il ne serait pas vrai que celui qui avait été quelque peu éclairé, et qui a ensuite péché "volontairement" doit s'attendre avec crainte au jugement sans possibilité d'être sauvés. Des multitudes de cas existent où de telles personnes sont sauvées. Ils résistent "volontairement" le Saint Esprit; ils luttent contre lui; pendant longtemps ils refusent de céder mais ils sont encore appeler à réfléchir et sont amenés à donner leur cœurs à Dieu.

5) c'est vrai et ce sera toujours vrai que si un vrai chrétien s'apostasie, il ne pourrait plus être converti. Voir les notes sur Hébreux 6:4-6. Les raisons sont évidentes. Il aurait essayé le seul plan du salut et aurait échoué. Il aurait embrassé le Sauveur, et il n'y aurait pas eu l'efficacité dans son sang pour le garder, et il n'y aurait pas plus puissant Sauveur et pas de sang plus efficace pour l'expiation. Il aurait renoncé le Saint Esprit et prouver que son influence n'était pas assez pour le garder, et il n y aurait plus de grande puissance pour le renouveler et le sauver après son apostasie. Pour ces raisons, il me semble clair que ce passage se réfère à de vrais chrétiens, et que la doctrine enseignée ici est que, si un tel homme commet l'apostasie, il doit s'attendre aux terreurs du jugement, et à la condamnation définitive.

Par conséquent, selon Barnes, ces passages parlent des vrais chrétiens. Cependant, il a choisit de justifié les fait ci-dessus. Comment? A travers la théorie suivante:

“Si alors il faut se demander si je crois que tout vrai chrétien n'est jamais tombé, ou tombera de la grâce, et tout à fait perdre sa religion, je répondrais sans hésiter: non! Si alors on demandait l'utilité de cet avertissement, je répondrais:

Il démontrerait le grand péché d'apostasie de Dieu s'il devait se produire. Il est bon de préciser la grandeur d'un acte de péché, mais il pourrait ne jamais se produire, afin de montrer comment elle serait considérée par Dieu”. (Soulignement ajouté).

En d’autres termes, selon Barnes, Dieu est fondamentalement en train de blaguer avec nous! Il nous parle de la grande destruction qui sera le partage de celui qui abandonne la foi, bien qu'une telle chose est soi-disant impossible. Il consacre plusieurs passages à nous avertir contre quelque chose qui, selon Barnes n'est pas vraiment un danger. Notre Dieu fera-t-il quelque chose de la sorte? Non, Il ne le fera pas. Dieu ne blague pas avec nous. Soyons assurer, ce qu'Il dit, Il le pense vraiment.

De notre coté maintenant, nous pouvons choisir une explication bizarre pour éviter Hébreux 6 et 10 ou nous pouvons choisir de croire ce que nous avons lu pas seulement dans Hébreux mais aussi dans les autres passages de cette étude.

Section suivante: Hébreux 3:4-6: Retenons ferme jusqu'au bout la confiance

Auteur: Anastasios Kioulachoglou