Vérités Bibliques
Abonnez-vous

« Mais qu'il la demande avec foi » (PDF) Edition PDF

«Mais qu'il la demande avec foi»



Nous avons auparavant étudié Jacques 1:5 qui nous parle de la demande de la sagesse à Dieu. En continuant dans le même passage, nous pouvons y lire:

Jacques 1:5-8
«Si quelqu'un d'entre vous manque de sagesse, qu'il la demande à Dieu, qui donne à tous simplement et sans reproche, et elle lui sera donnée. Mais qu'il la demande avec foi, sans douter; car celui qui doute est semblable au flot de la mer, agité par le vent et poussé de côté et d'autre. Qu'un tel homme ne s'imagine pas qu'il recevra quelque chose du Seigneur: c'est un homme irrésolu, inconstant dans toutes ses voies.»

Comme nous l'avons vu dans les parties précédentes, si quelqu'un souhaite recevoir de Dieu, il est nécessaire 1) de lui demander et, 2) que ce qu'il demande soit en accord avec sa volonté. La troisième condition venant se greffer aux deux précédentes est la foi. Comme les passages ci-dessus nous le disent, si un homme ne demande pas à Dieu dans la foi, il ne recevra rien de sa part. Concernant la signification de la foi, l'expression «Mais qu'il la demande avec foi, sans douter» (Jacques 1:6) place la foi et le doute à l'opposé l'un de l'autre. Ainsi, lorsque nous faisons confiance à Dieu, nous avons la foi. Quand nous doutons de lui, nous en manquons. Par conséquent, la foi est la confiance que nous avons en Dieu et par laquelle nous lui donnons la permission d'agir dans nos vies. Le manque de foi ne minimise pas le pouvoir de Dieu à nous aider. Dieu possède le même pouvoir, que nous ayons la foi ou non. Pourtant, que nous l'autorisions à utiliser son pouvoir dans nos vies dépend de notre confiance en lui. Vous n'ouvrez pas votre porte à quelqu'un en lequel vous n'avez pas confiance. Pareillement, vous n'autorisez pas Dieu à intercéder dans votre vie et à y agir si vous ne lui faites pas confiance, c'est-à-dire si vous ne croyez pas en lui.

Comme Matthieu 13:58 nous le dit de manière caractéristique, lorsque Christ est allé dans son propre pays, «il ne fit pas beaucoup de miracles dans ce lieu, À CAUSE DE LEUR INCRÉDULITÉ". Bien sûr, Christ était en mesure de faire le même travail qu'il fit partout ailleurs. Pourtant, le peuple de cette région ne l'avait pas autorisé en raison de leur incrédulité.

Revenons maintenant à l'ampleur de la foi qui est nécessaire pour recevoir de Dieu, Matthieu 17:20 établit clairement que même la plus petite foi est suffisante pour les plus grandes choses. Nous pouvons y lire:

Matthieu 17:20
«Si vous aviez de la foi comme un grain de sénevé, vous diriez à cette montagne: Transporte-toi d'ici là, et elle se transporterait; rien ne vous serait impossible.»

Marc 11:24 nous rapporte également:
«C'est pourquoi je vous dis: Tout ce que vous demanderez en priant, croyez que vous l'avez reçu, et vous le verrez s'accomplir.»

Selon Bullinger et Zodhiates, l'expression «grain de sénevé» est une phrase proverbiale pour exprimer la plus petite chose possible1. Ainsi, selon Jésus, la foi aussi minuscule qu'un grain de sénevé est suffisante pour déplacer des montagnes, et réaliser tout ce que nous demandons à Dieu si, comme 1 Jean 5:14-15 nous le dit, ce que nous demandons est en conformité avec la volonté de Dieu. C'est la dernière condition qui, à nombreuses reprises, n'est pas prise en compte, et nous nous inquiétons de la raison pour laquelle nous ne recevons pas «toute chose que nous demandons si nous prions», bien que nous puissions prier et avoir la foi pour elles. La raison est qu’il n'est pas suffisant de prier et d'avoir la foi pour quelque chose. Il est également nécessaire que ce pourquoi vous priez et croyez soit la volonté de Dieu. Si cela est vraiment la volonté de Dieu, alors même une petite foi similaire à un grain de sénevé est suffisante pour produire de grandes choses. Si toutefois ce pourquoi nous prions n'est pas en conformité avec la volonté de Dieu, alors même la plus grande croyance ne donnera rien, tout du moins, du côté de Dieu. Par conséquent, l'équation n'est pas «croyance=recevoir» mais «j'ai la foi sur ce que je connais déjà, qui est la volonté de Dieu, et je la reçois». La foi n'est donc pas un processus par lequel je me persuade que je vais recevoir de Dieu toute chose qui provient de ma tête. Au contraire, c'est ma foi en lui, qui s’exprime par mes actes à travers lesquels je réalise ce que je connais déjà comme étant sa volonté. C'est pourquoi, si le Seigneur me dit que quelque chose n'est pas de sa volonté, et ainsi, que je ne dois rien faire, si je suis réellement ses instructions et ne fait rien, alors j'ai cru en lui. En premier, vous avez donc la parole, la volonté, de Dieu (écrite ou parlée à travers la révélation) pour quelque chose et ALORS vous le croyez et agissez selon ce qu'il dit.

Anastasios Kioulachoglou

Français: Christine Bodart (Christian-translation.com)

 


 

Notes de bas de page

1. Voir E.W.Bullinger: “A Critical Lexicon and concordance to the English and Greek New Testament”, Zondervan Publishing House, 1975, p. 513 et Spiros Zodhiates: “The Complete Word Study Dictionary”, AMG Publishers, 1993 p. 1290.

 

Articles liés:

«Selon sa volonté»
«Dieu n'entendra pas»