Vérités Bibliques
Abonnez-vous

Téléchargez gratuitement la version PDF de l'étude optimisé pour votre lecteur électronique / ordinateur de bureau / Smartphone: Livres électroniques gratuit. Edition PDF

Le présent de l'indicatif en grec. Une démonstration en utilisant Jean 3:16



Jean 3:16 est surement l'un des passages les plus cité, notamment lorsqu'il s'agit du salut. Voici le passage avec quelques uns de ses contextes:

Jean 3:14-18
“Et comme Moise éleva le serpent dans le désert, ainsi il faut que le fils de l'homme soit élevé, afin que quiconque croit en Lui ne périsse pas, mais qu'il ait la vie éternelle. Car Dieu a tant aime le monde, qu'Il a donne son Fils unique, afin que quiconque croit en Lui ne périsse pas, mais qu'il ait la vie éternelle. Car Dieu n'a pas envoyé son Fils dans le monde afin qu'il jugeât le monde mais afin que le monde fût sauvé par Lui. Celui qui croit en Lui n'est pas jugé, mais celui qui ne croit pas est déjà jugé, parce qu'il n'a pas cru au nom du Fils unique de Dieu”.

Trois fois dans les cinq versets précédents, nous voyons la phrase “quiconque croit en Lui” suivit d'une promesse merveilleuse. Seulement en prenant le plus populaire de ces versets, Jean 3:16, nous apprenons que «quiconque croit en Lui ne périsse pas mais qu'il ait la vie éternelle”. Nous voyons que le mot "croit" ici est au présent de l'indicatif, désignant quelque chose qui est une réalité actuelle. Cependant, plusieurs lisent ce passage comme s'il dit: “quiconque a cru”, c'est-à-dire une fois par le passé. Évidemment, ce n’est pas ce que le passage dit. Ce passage, comme ceux du premier chapitre de cette étude, est au présent de l'indicatif. Par conséquent, de tels passages parlent des choses qui se produisent maintenant au sujet d'un état présent et actif et non pas quelque chose qui s'est produit par le passé. Ils parlent d'une réalité présente au lieu d'une histoire passée.

En effet, il est utile de mentionner ici certains faits concernant le présent de l'indicatif en grec. Le site internet http://www.ntgreek.net/present.htm contient une pluie d'information sur ce sujet ainsi que plusieurs références et exemples. La conclusion de base (vous pouvez le vérifier dans le site ci-dessus ou d'autres sites scientifique) est la suivante: comme une règle, le présent de l'indicatif en grec ancien désigne la durée. Il peut aussi désigner quelque chose qui se passe actuellement dans le présent et ne se reproduira pas, mais c'est une exception à la règle et il devient très évident dans le contexte. La règle c'est que le présent de l'indicatif d'un verbe désigne la durée, c'est-à-dire, montre que quelque chose "continue" à se produire. En appliquant cette règle, Jean 3:14-18 sera1:

Jean 3:14-18
“Et comme Moise éleva le serpent dans le désert, ainsi il faut que le fils de l'homme soit élevé, afin que quiconque croit en Lui ne périsse pas, mais qu'il ait la vie éternelle. Car Dieu a tant aime le monde, qu'Il a donne son Fils unique, afin que quiconque croit en Lui ne périsse pas, mais qu'il ait la vie éternelle. Car Dieu n'a pas envoyé son Fils dans le monde afin qu'il jugeât le monde mais afin que le monde fût sauvé par Lui. Celui qui croit en Lui n'est pas juge, mais celui qui ne croit pas est déjà jugé, parce qu'il n'a pas cru au nom du Fils unique de Dieu”.

Les promesses de Jean 3:14-18 ne sont pas les promesses à ceux qui ont cru autrefois mais se sont détournés en chemin sans se repentir. Au contraire, c'est pour ceux qui croient maintenant, au présent, et ils continuent à croire.

Comprendre que le temps présent en grec indique la durée, c'est-à-dire que quelque chose continue à se produire peut vraiment révolutionner la façon dont nous comprenons de nombreux passages. Ma suggestion serait que chaque fois que vous voyez le présent de l'indicatif ("croit", "pardonne", etc.) remplacez le, après avoir vérifié le contexte, avec la construction "continuer" + le participe présent (par exemple: "continue à croire", continue à pardonner", etc.). Ceci changera surement la façon dont vous lisez plusieurs passages.

Section suivante: Est-ce que les enseignements des évangiles, y compris «les paroles sévères» sont pour nous?

 



Notes de bas de page

1. Pour plus d'information, voir David Pawson: "Is John 3:16 the gospel?" (Jean 3:16 est-il l'évangile?), page 38-45, TerraNova Publications, 2007.

Auteur: Anastasios Kioulachoglou