Vérités Bibliques
Abonnez-vous

«Le chemin de Balaam» (PDF) Edition PDF

«Le chemin de Balaam»



Nous trouvons l'enregistrement de Balaam dans Nombres 22-24. Israël, étant sur la voir vers la terre promise, campa dans «les plaines de Moab, au-delà du Jourdain, vis-à-vis de Jéricho» (Nombres 22:1). Ceci effraya Balak, roi de Moab, et il envoya des ambassadeurs à Pethor — un endroit en Mésopotamie, à des centaines de kilomètres de là — pour amener Balaam. La mission qu'il avait pour lui se trouve dans Nombres 22:5-6

Nombres 22:5-6
«Voici, un peuple est sorti d'Égypte, il couvre la surface de la terre, et il habite vis-à-vis de moi. Viens, je te prie, maudis-moi ce peuple, car il est plus puissant que moi; peut-être ainsi pourrai-je le battre et le chasserai-je du pays, car je sais que celui que tu bénis est béni, et que celui que tu maudis est maudit»

La gloire de Balaam était telle «que celui qu'il bénissait était béni, et que celui qu'il maudissait était maudit» (Nombres 22:6). Si nous lisons l'archive complète de Nombres 22-24, nous y trouverons que Balaam avait initialement une attitude pieuse. Lorsque les serviteurs de Balak l'approchèrent, il leur promit seulement qu'il étudierait leur demande avec Dieu. Lorsque Dieu lui dit de ne pas aller avec eux, il les renvoya de manière obéissante. C'est ce qu'un homme marchant sur le droit chemin ferait et c'est ce que fit Balaam. Il marchait évidemment sur ce chemin. Toutefois, Balak insista. Après quelques jours, de nombreux princes, de nombreuses personnalités honorables vinrent de nouveau chez Balaam en lui promettant des grands honneurs et richesses s'il allait et maudissait Israël. Un homme dont le cœur suivit Dieu à 100% n'attendrait pas plus: il renverrait de nouveau les princes, car Dieu a établi auparavant clairement qu'il ne devait pas aller avec eux. Mais Balaam en fit tout autre. Au contraire, il leur dit qu'il allait de nouveau consulter Dieu. Bien qu'il toujours bon de consulter Dieu et certainement pas aussi mauvais que de les suivre, il montre une fissure, une instabilité, une intention de ne pas renvoyer les représentants de Balak. Vous demandez à Dieu de nouveau quelque chose que vous souhaitez toujours, et vous ne vous sentez pas bien et inconfortable avec ce qu'Il vous a dit la première fois. Et voici ce qui s'est passé ici. Balaam voulait aller avec eux. Les dons étaient trop nombreux et l'honneur trop important pour qu'il puisse les renier. D'un autre côté, il ne souhaitait pas désobéir à Dieu! Il aurait été heure de venir en ce lieu, maudire Israël, obtenir les récompenses et être bien avec Dieu également -- il s'agit de la même chose pour la plupart d'entre nous quelques fois: Je souhaite accomplir ma volonté, donc Dieu change la tienne, laisse-moi réaliser ce que je veux et tout ira bien! Dieu voyant Balaam à ce moment lui dit d'aller, mais seulement les hommes venaient de nouveau pour l'appeler. Mais, le matin, nous le voyons sur son âne, prêt pour un long voyage! Il ne souhaitait pas perdre une seconde et ne voulait pas attendre l'appel de quelqu'un! En conséquence, il suscita la colère de Dieu et ce dernier envoya son ange se tenir contre lui. L'ânesse de Balaam sauva sa vie, car elle essaya d'éviter l'ange lorsqu'elle le vit. L'ange dit à Balaam d'aller, mais de ne prononcer UNIQUEMENT que les paroles que Dieu lui dirait. Pourquoi Dieu lui dit-il «mais tu ne feras que répéter les paroles que je te dirai» (Nombres 22:35)? Ceci constituait un avertissement pour Balaam afin de ne pas dévier de Sa Parole. Comme nous allons le voir, il n'y prêta pas une grande attention. Balaam vint donc et rencontra Balak. Malgré le fait que Balak l'emmena à de nombreux endroits différents d'où il était plus facile de maudire Israël, Balaam restait lié à ce que Dieu lui avait dit et au fait qu'il devait parler uniquement ses paroles qui n'étaient que des bénédictions pour Israël. Balak était en colère! Voici ce qu'il lui dit après qu'il est bénit Israël pour la troisième fois: «C'est pour maudire mes ennemis que je t'ai appelé, et voici, tu les as bénis déjà trois fois. Fuis maintenant, va-t'en chez toi! J'avais dit que je te rendrais des honneurs, mais l'Éternel t'empêche de les recevoir.» (Nombres 24:10-11).

Balaam: un exemple à éviter

Il apparaît que Balaam est pris position pour Dieu. Il parla uniquement ses paroles et bien qu'il vint avec les princes de Balak, il ne dit que ce que Dieu voulait qu'il dise. Il n'en dévia pas. On pourrait même se demander pourquoi 2 Pierre 2/15 tout comme d'autres passages que nous étudierons plus tard le présentent comme un exemple à éviter. Bien sûr, il souhaitait venir à Balak et peut-être avait-il les yeux sur les dons. Mais, il semble qu'il ne divergea jamais de ce que Dieu lui dit et finalement il quitta l'endroit libre. Il obéit à Dieu malgré la signification de la perte des dons et récompenses promises. Ou était-ce différent?

Balaam est mentionné comme un exemple à éviter dans 2 Pierre, Jude et Apocalypse. Cela peut sembler injustifié au vu des documents que nous avons étudiés jusqu'à maintenant, mais en nous appuyant dessus, nous trouverons la raison:

Nombres 25:1-5, 9
«Israël demeurait à Sittim; et le peuple commença à se livrer à la débauche avec les filles de Moab. Elles [les femmes de Moab] invitèrent le peuple aux sacrifices de leurs dieux; et le peuple mangea, et se prosterna devant leurs dieux. Israël s'attacha à Baal Peor, et la colère de l'Éternel s'enflamma contre Israël. L'Éternel dit à Moïse: Assemble tous les chefs du peuple, et fais pendre les coupables devant l'Éternel en face du soleil, afin que la colère ardente de l'Éternel se détourne d'Israël. Moïse dit aux juges d'Israël: que chacun de vous tue ceux de ses gens qui se sont attachés à Baal Peor......Il y en eut vingt-quatre mille qui moururent de la plaie.»

Comment ce fait-il que les femmes de Moab sussent de quelle manière séduire les Israelites? Comment cela se fait-il qu'elles vinssent, les invitassent à la débauche, les invitassent à leurs sacrifices et les préparassent à se prosterner devant leurs faux dieux? Dieu fut mécontent, sa colère s'enflamma et 24.000 Israelites périrent dans la plaie qui s'en suivit. Qui a réellement mis au point ces plans qui amenèrent une telle destruction à Israël? Nombres 31:15-16 et Apocalypse 2:14 nous apportent la réponse:

Nombres 31:15-16
«Il leur dit: Avez-vous laissé la vie à toutes les femmes? Voici, ce sont elles qui, sur la parole de Balaam, ont entraîné les enfants d'Israël à l'infidélité envers l'Éternel, dans l'affaire de Peor; et alors éclata la plaie dans l'assemblée de l'Éternel.»

Et Apocalypse 2:14 (Le Seigneur Jésus parle de l'ange de l'église à Pergamos)
«Mais j'ai quelque chose contre toi, c'est que tu as là des gens attachés à la doctrine de Balaam, qui enseignait à Balak à mettre une pierre d'achoppement devant les fils d'Israël, pour qu'ils mangeassent des viandes sacrifiées aux idoles et qu'ils se livrassent à l'impudicité.»

Le docteur qui enseigna Moab sur la manière de faire trébucher Israël était Balaam. Nous avons déjà pu observer à quel point il était enclin envers les dons et honneurs. 2 Pierre 2:15-16 nous dit qu'il les AIMAIENT:

2 Pierre 2:15
«Après avoir quitté le droit chemin, ils se sont égarés en suivant la voie de Balaam, fils de Bosor, QUI AIMA LE SALAIRE DE L'INIQUITÉ, mais qui fut repris pour sa transgression: une ânesse muette, faisant entendre une voix d'homme, arrêta la démence du prophète.»

Revenons à la période de Nombres 24, Balaam était un prophète de Dieu. Il marchait sur la bonne voie. MAIS pas jusqu'à la fin. Il a éventuellement quitté le droit chemin et finit par s'égarer, car il "aima le salaire de l'iniquité". Il débuta de la bonne manière, mais eut une fin terrible. Il n'est pas seulement important de commencer sur le bon chemin. Il est également important d'y rester jusqu'à la fin. Balaam débuta bien, mais ne poursuivit pas dans cette voie. Il fut finalement tué par les Israelites lorsqu'ils prirent Midian1. Dans l'enregistrement de sa mort (Josué 13:22), il n'est plus appelé «prophète» mais «devin». Il débuta comme prophète, homme de la parole de Dieu, mais conclu en tant que devin, ennemi de Dieu.

Balaam dans 2 Pierre et Jude

Balaam devint un faux docteur alors qu'il était auparavant le porte-parole de Dieu et fit trébucher le peuple de Dieu (Apocalypse 2:14). Il fut sur le bon chemin, mais le quitta et s'égara. Ceci constitue probablement la raison pour laquelle il est mentionné trois fois par des écrivains différents dans le Nouveau Testament comme étant un exemple à éviter. Nous avons auparavant étudié l'archive pertinente de l'Apocalypse. Nous pouvons trouver ici deux autres documents provenant de Pierre et de Jude:

2 Pierre 2:16
«Après avoir quitté le droit chemin, ils se sont égarés en suivant la voie de Balaam, fils de Bosor, qui aima le salaire de l'iniquité, mais qui fut repris pour sa transgression: une ânesse muette, faisant entendre une voix d'homme, arrêta la démence du prophète.»

et Jude 11
Malheur à eux! Car ILS ont suivi la voie de Caïn, ils se sont jetés pour un salaire dans l'égarement de Balaam, ils se sont perdus par la révolte de Coré."

Pierre et Jude se réfèrent à ceux qui suivent la voie de Balaam. Qui sont ces personnes? Qu'ont-elles fait? Possèdent-elles des similarités avec Balaam, et si oui, quelles sont-elles? Comment cette figure de l'Ancien Testament pourrait-elle être liée à l'âge de grâce de nos jours? Nous trouverons la réponse dans les Écritures. Commençons par 2 Pierre, le mot «ils» nous renvoie au premier verset où nous pouvons lire:

2 Pierre 2:1-3
«Il y a eu parmi le peuple de faux prophètes, et il y aura de même parmi vous de faux docteurs, qui introduiront des sectes pernicieuses, et qui, reniant le maître qui les a rachetés, attireront sur eux une ruine soudaine. Plusieurs les suivront dans leurs dissolutions, et la voie de la vérité sera calomniée à cause d'eux. Par cupidité, ils trafiqueront de vous au moyen de paroles trompeuses, eux que menace depuis longtemps la condamnation, et dont la ruine ne sommeille point.»

Nous allons poursuivre avec des informations supplémentaires données au sujet de ces faux docteurs. Mais, tout d'abord, établissons clairement leurs origines. Cela devient évident à partir des versets 1,15 et 20-21. Nous pouvons y lire:

2 Pierre 2:1
«Il y a eu parmi le peuple de faux prophètes, et il y aura de même parmi vous de faux docteurs, qui introduiront des sectes pernicieuses, et qui, reniant le maître qui les a rachetés, attireront sur eux une ruine soudaine.»

2 Pierre 2:15
«Après avoir quitté le droit chemin, ils se sont égarés.»

Et II Pierre 2:20-21:
«En effet, si, après s'être retirés des souillures du monde, par la connaissance du Seigneur et Sauveur Jésus Christ, ils s'y engagent de nouveau et sont vaincus, leur dernière condition est pire que la première. Car mieux valait pour eux n'avoir pas connu la voie de la justice, que de se détourner, après l'avoir connue, du saint commandement qui leur avait été donné.»

Car il est évident à partir du passage ci-dessus:

• Ces personnes constituaient le peuple du Seigneur qui les a rachetés.

• Ils furent le peuple qui s'échappa des pollutions de ce monde par la connaissance du Seigneur et du Sauveur Jésus Christ2.

• Ils ont connu la voie de la justice et le saint commandement qui leur avait été donné3.

• Ils ont quitté le droit chemin, ce qui signifie qu'ils y marchèrent auparavant.

Les faux docteurs dont la Parole de Dieu parle ici ne sont toutefois pas des non-croyants, mais des croyants, ou pour être plus précis, des personnes qui furent des croyants. Car quelle seraient autrement ces personnes qui ont été rachetées par le Seigneur, possédaient la connaissance totale du Seigneur et auxquelles le saint commandement avait été donné? Comme Balaam, elles furent auparavant sur le droit chemin, mais le quittèrent et devinrent des faux docteurs, amenant le peuple de Dieu dans leurs hérésies destructives et les exploitant par des paroles trompeuses! Nous nous trompons si nous pensons qu'il ne faut mieux pas accorder plus d'attention à la question de ces faux docteurs, car nous n'en avons pas vu beaucoup «renier le Seigneur qui les a rachetés». Dieu a dévolu une grande partie de 2 Pierre et la quasi-totalité de l'épître de Jude à parler de ces imposteurs. Il s'agit d'un véritable problème où la Parole de Dieu dit: «ATTENTION»!! Voici ce que Timothée 02:15 nous dit:

2 Timothée 2:15
«Efforce-toi de te présenter devant Dieu comme éprouvé, un ouvrier qui n'a point à rougir, qui dispense droitement la parole de la vérité.»

Il est de notre devoir de dispenser droitement la parole de la vérité et sans une fondation solide basée sur elle, il sera impossible de se protéger des faux docteurs alentour. Revenons à 2 Pierre, les versets 10 à 22 poursuivent sur ces apostats:

II Pierre 2:10-22:
«Ceux surtout qui vont après la chair dans un désir d'impureté et qui méprisent l'autorité. Audacieux et arrogants, ils ne craignent pas d'injurier les gloires, tandis que les anges, supérieurs en force et en puissance, ne portent pas contre elles de jugement injurieux devant le Seigneur. Mais eux, semblables à des brutes qui s'abandonnent à leurs penchants naturels et qui sont nées pour êtres prises et détruites, ils parlent d'une manière injurieuse de ce qu'ils ignorent, et ils périront par leur propre corruption, recevant ainsi le salaire de leur iniquité. Ils trouvent leurs délices à se livrer au plaisir en plein jour; hommes tarés et souillés, ils se délectent dans leurs tromperies, en faisant bonne chère avec vous. Ils ont les yeux pleins d'adultère et insatiables de péché; ils amorcent les âmes mal affermies; ils ont le coeur exercé à la cupidité; ce sont des enfants de malédiction. Après avoir quitté le droit chemin, ils se sont égarés en suivant la voie de Balaam, fils de Bosor, qui aima le salaire de l'iniquité, mais qui fut repris pour sa transgression: une ânesse muette, faisant entendre une voix d'homme, arrêta la démence du prophète.» Ces gens-là sont des fontaines sans eau, des nuées que chasse un tourbillon: l'obscurité des ténèbres leur est réservée. Avec des discours enflés de vanité, ils amorcent par les convoitises de la chair, par les dissolutions, ceux qui viennent à peine d'échapper aux hommes qui vivent dans l'égarement; ils leur promettent la liberté, quand ils sont eux-mêmes esclaves de la corruption, car chacun est esclave de ce qui a triomphé de lui. En effet, si, après s'être retirés des souillures du monde, par la connaissance du Seigneur et Sauveur Jésus Christ, ils s'y engagent de nouveau et sont vaincus, leur dernière condition est pire que la première. Car mieux valait pour eux n'avoir pas connu la voie de la justice, que de se détourner, après l'avoir connue, du saint commandement qui leur avait été donné." Mais cela leur arriva selon le proverbe: «Le chien est retourné à ce qu'il avait vomi, et la truie lavée s'est vautrée dans le bourbier.»

Dieu dévolu une grande partie de 2 Pierre à décrire ces faux docteurs. La plupart d'entre eux existent aujourd'hui et ont traversé les siècles, utilisant le nom de Dieu et de Christ pour leur propre cause, pour le pouvoir, l'argent, l'honneur. Ce ne fut pas l'exemple de Christ qui fut suivi, mais l'exemple de Balaam. 2 Pierre ne laisse aucun doute quant à leur fin. Car nous y lisons:

• Ils attireront sur eux une ruine soudaine (2 Pierre 2:1),

• eux que menace depuis longtemps la condamnation, et dont la ruine ne sommeille point (2 Pierre 2:3).

• «En effet, si, après s'être retirés des souillures du monde, par la connaissance du Seigneur et Sauveur Jésus Christ, ils s'y engagent de nouveau et sont vaincus, leur dernière condition est pire que la première. Car mieux valait pour eux n'avoir pas connu la voie de la justice, que de se détourner, après l'avoir connue, du saint commandement qui leur avait été donné.» Mais cela leur arriva selon le proverbe: «Le chien est retourné à ce qu'il avait vomi, et la truie lavée s'est vautrée dans le bourbier.» (2 Pierre 2:20-22),

• car l'obscurité des ténèbres leur est réservée (2 Pierre 2:17).

Aucun salut n'est réservé pour ces personnes, mais «l'obscurité des ténèbres». Mais certains diront: «le salut n'est-il pas un don accordé par la grâce?» Oui, il l'est. Il s'agit d'un don accordé par la grâce à travers la foi (Éphésiens 2:8). Mais, étant évident que certaines personnes renient le Seigneur — et donc la foi — elles deviendront ses ennemis en exploitant son peuple et en apportant des sectes pernicieuses. Ils sont effectivement en tout point comme Balaam. Il fut également sur le droit chemin, mais le quitta et devint un faux docteur qui enseigna les ennemis de Dieu sur la manière de faire trébucher son peuple. Pour ces personnes «est réservée l'obscurité des ténèbres pour l'éternité». Selon 2 Pierre: «Car mieux valait pour eux n'avoir pas connu la voie de la justice, que de se détourner, après l'avoir connue, du saint commandement qui leur avait été donné» (2 Pierre 2:21).

Jude

Balaam est également mentionné dans Jude, d'une façon quasi similaire et dans un contexte identique à 2 Pierre. Jude démarre son épître avec les mots suivants:

Jude 3
«Bien aimés, comme je désirais vivement vous écrire au sujet de notre salut commun, je me suis senti obligé de le faire afin de vous exhorter à combattre pour la foi qui a été transmise aux saints une fois pour toutes.»

Jude souhaitait exhorter les croyants à travers son épître à combattre pour la foi qui a été transmise aux saints une fois pour toutes. Manifestement, cette foi était sous le joug d'attaques. Cette foi EST attaquée et l'ennemi, tant qu'il est dans les environs, ne cessera jamais d'attaquer. Nous devons combattre honnêtement pour cette foi et Jude poursuit en donnant les raisons dans cette longue épître en un chapitre:

Jude: 4-19
«Car il s'est glissé parmi vous certains hommes, dont la condamnation est écrite depuis longtemps, des impies, qui changent la grâce de notre Dieu en dissolution, et qui renient notre seul maître et Seigneur Jésus Christ. Je veux vous rappeler, à vous qui savez fort bien toutes ces choses, que le Seigneur, après avoir sauvé le peuple et l'avoir tiré du pays d'Égypte, fit ensuite périr les incrédules; qu'il a réservé pour le jugement du grand jour, enchaînés éternellement par les ténèbres, les anges qui n'ont pas gardé leur dignité, mais qui ont abandonné leur propre demeure; que Sodome et Gomorrhe et les villes voisines, qui se livrèrent comme eux à l'impudicité et à des vices contre nature, sont données en exemple, subissant la peine d'un feu éternel. Malgré cela, ces hommes aussi, entraînés par leurs rêveries, souillent pareillement leur chair, méprisent l'autorité et injurient les gloires. Or, l'archange Michel, lorsqu'il contestait avec le diable et lui disputait le corps de Moïse, n'osa pas porter contre lui un jugement injurieux, mais il dit: Que le Seigneur te réprime! Eux, au contraire, ils parlent d'une manière injurieuse de ce qu'ils ignorent, et ils se corrompent dans ce qu'ils savent naturellement comme les brutes. Malheur à eux! car ils ont suivi la voie de Caïn, ils se sont jetés pour un salaire dans l'égarement de Balaam, ils se sont perdus par la révolte de Coré. Ce sont des écueils dans vos agapes, faisant impudemment bonne chère, se repaissant eux-mêmes. Ce sont des nuées sans eau, poussées par les vents; des arbres d'automne sans fruits, deux fois morts, déracinés; des vagues furieuses de la mer, rejetant l'écume de leurs impuretés; des astres errants, auxquels l'obscurité des ténèbres est réservée pour l'éternité. C'est aussi pour eux qu'Énoch, le septième depuis Adam, a prophétisé en ces termes: Voici, le Seigneur est venu avec ses saintes myriades, pour exercer un jugement contre tous, et pour faire rendre compte à tous les impies parmi eux de tous les actes d'impiété qu'ils ont commis et de toutes les paroles injurieuses qu'ont proférées contre lui des pécheurs impies. Ce sont des gens qui murmurent, qui se plaignent de leur sort, qui marchent selon leurs convoitises, qui ont à la bouche des paroles hautaines, qui admirent les personnes par motif d'intérêt. Mais vous, bien-aimés, souvenez-vous des choses annoncées d'avance par les apôtres de notre Seigneur Jésus Christ. Ils vous disaient qu'au dernier temps il y aurait des moqueurs, marchant selon leurs convoitises impies; ce sont ceux qui provoquent des divisions, hommes sensuels, n'ayant pas l'esprit.»

Il apparaît que ceux-ci sont le même genre de personnes, du moins tant que le fruit est concerné, que ceux que nous avons vus dans 2 Pierre. Il s'agit d'imposteurs qui peuvent prétendre s'appeler chrétiens. En raison de ces faux docteurs — et il en existe beaucoup d'actifs de nos jours —, Jude sentit un besoin sincère d'écrire aux croyants pour leur dire de combattre pour la foi donnée pour tous aux saints. Nous devons combattre pour la foi! Les Écritures — et non pas les doctrines, les ordonnances et les traditions des hommes, qui que soit ces hommes — sont la base de notre foi. Colossiens 2:8 nous avertit:

Colossiens 2:8
«Prenez garde à ce que personne de vous sa proie par la philosophie et par une vaine tromperie, s'appuyant sur la tradition des hommes, sur les principes élémentaires du monde, et non sur Christ.»

Également 2 Jean 7-8
«Car plusieurs séducteurs sont entrés dans le monde, qui ne confessent point que Jésus Christ est venu en chair. Celui qui est tel, c'est le séducteur et l'antéchrist. Prenez garde à vous-mêmes, afin que vous ne perdiez pas le fruit de votre travail, mais que vous receviez une pleine récompense.»

De même, Jude et Pierre déclarent:

Jude: 20-25
«Pour vous, bien-aimés, vous édifiant vous-mêmes sur votre très sainte foi, et priant par le Saint-Esprit, maintenez-vous dans l'amour de Dieu, en attendant la miséricorde de notre Seigneur Jésus Christ pour la vie éternelle.»

II Pierre 3:17-18:
«Vous donc, bien-aimés, qui êtes avertis, mettez-vous sur vos gardes, de peur qu'entraînés par l'égarement des impies, vous ne veniez à déchoir de votre fermeté Mais croissez dans la grâce et dans la connaissance de notre Seigneur et Sauveur Jésus Christ. À lui soit la gloire, maintenant et pour l'éternité! Amen!»

«Vous donc, bien-aimés, qui êtes avertis, mettez-vous sur vos gardes, de peur qu'entraînés par l'égarement des impies, vous ne veniez à déchoir de votre fermeté». Nous tous pouvons potentiellement être «entraînés par l'égarement des impies.» Personne n'échappe à cet avertissement. Balaam débuta sur le droit chemin, mais il s'égara finalement. Pierre poursuit: «Mais croissez dans la grâce et dans la connaissance de notre Seigneur et Sauveur Jésus Christ». «Soyez averti» est une partie de l'action. «Croissez dans la grâce et la connaissance de notre Seigneur et Sauveur Jésus Christ» constitue l'autre partie de cette action.

Il existe de nombreux imposteurs, et même au sein du corps de Christ — c'est pourquoi Pierre et Jude s'adressent aux croyants —, et le seul moyen pour être protégé de leurs enseignements trompeurs est de s'incliner sous le lait pur de la Parole. Le seul moyen pour ériger notre foyer afin qu'il ne soit pas emporté par toute chose pouvant venir contre elle, est de la façonner dans le roc. Ce que Jésus Christ a expliqué est d'entendre la Parole de Dieu et de l'appliquer ( Mattieu 7:24-25). Balaam connaissait la Parole de Dieu. Il l'a suivi en fait jusqu'à un certain point, mais s'en détourna une fois, en conflit avec sa convoitise des honneurs et richesses. Une fois que cela s'était produit, il quitta le droit chemin. À l'opposé de sa conduite, nous devons aller sur le droit chemin: la voie de la connaissance et à tout prix suivre la Parole de Dieu. Démarrons, courons et finissons la course, en récoltant pleinement et totalement les récompenses que Dieu a pour nous.

Hébreux 12:1b-2
«Rejetons tout fardeau, et le péché qui nous enveloppe si facilement, et courons avec persévérance dans la carrière qui nous est ouverte, ayant les regards sur Jésus, le chef et le consommateur de la foi, qui, en vue de la joie qui lui était réservée, a souffert la croix, méprisé l'ignominie, et s'est assis à la droite du trône de Dieu.»

Anastasios Kioulachoglou

 



Notes de bas de page

1. À ce moment-là, il s'était rendu en Mésopotamie et vivait dans la plaine de Midian avec les ennemis d'Israël.

2. Ici, le mot «connaissance» vient du grec «επίγνωσις» (epignosis) qui signifie «connaissance exacte ou totale», «connaissance précise ou approfondie; connaissance parfaite avec; véritable connaissance» (opposé au mot «gnosis» signifiant simplement «connaissance»). Voir Vines Expository Dictionary of New Testament Words, MacDonald Publishing Company, p.641 et The Companion Bible, Kregel Publications, Appendix 132.

3. De nouveau, le verbe «connaître» qui est utilisé ici est le verbe «επιγινώσκω» (epiginosko) qui signifie «connaître totalement et correctement», «connaître minutieusement et avec exactitude» (voir les références données dans la note en bas de page numéro 2)