Vérités Bibliques
Abonnez-vous

La tristesse du cœur de Dieu pour le péché de son peuple (PDF) Edition PDF

La tristesse du cœur de Dieu pour le péché de son peuple



Aux jours de Jérémie, le peuple d’Israël entra dans l’apostasie. Cette situation se perpétua effectivement pendant un bon nombre d’années et les écrits de plusieurs prophètes dans beaucoup de cas, pour ne pas dire dans la plupart des cas, plaidaient pour un retour à Dieu et la repentance et des avertissements pour le jugement à venir. Malheureusement, le peuple de Dieu ne répondit pas à ces avertissements. La lecture de certains écrits de Jérémie et Osée nous montrent quelle tristesse et quelle détresse cela a causé à Dieu. Ceci peut sonner étrange aux oreilles comme beaucoup, implicitement ou explicitement, ont difficile à accepter d’imputer à Dieu des sentiments dans les situations qui arrivent. Eh bien, la Parole de Dieu nous dit que nous étions faits à l’image de Dieu (Genèse 1:26) et elle nous montre également que nous pouvons pousser Dieu à se réjouir, avoir plaisir, se mettre en colère ou devenir triste. Si nous pensons que notre comportement n’a aucun effet sur le cœur de Dieu, mais qu’il n’ajoute que quelques points contre ou pour nous, alors nous nous trompons complètement. Nous pouvons réjouir le cœur de Dieu et nous pouvons attrister Dieu! Tout dépend de notre comportement. Dans le cas des Israélites du temps de Jérémie et d’Osée, nous pouvons voir qu’ils avaient sérieusement blessé le cœur de Dieu. Dans Jérémie 8:18-9:3 Dieu est en train de répandre Son cœur en révélant l’effet que le comportement rebelle de Son peuple avait causé en Lui:

Jérémie 8:18-9:3
"Je voudrais soulager MA douleur; Mon cœur souffre au dedans de Moi. Voici les cris de la fille de mon peuple retentissent sur une terre lointaine: L’Éternel n’est plus à Sion? N’a-t-elle plus son roi au milieu d’elle? – Pourquoi M’ont-ils irrité par leurs images taillées – par des idoles étrangères?" "La moisson est passée, l’été est fini, Et nous ne sommes pas sauvés!" Je suis brisé par la douleur de la fille de mon peuple, Je suis dans la tristesse, l’épouvante ME saisit. N’y a-t-il point de baume en Galaad, N’y a-t-il point de médecin? Pourquoi la guérison de la fille de mon peuple ne s’opère-t-elle pas? Oh, si ma tête était remplie d’eau, Si mes yeux étaient une source de larmes, Je pleurerais jour et nuit les morts de la fille de mon peuple! Oh, si j’avais au désert une cabane de voyageurs; J’abandonnerais mon peuple, je m’en éloignerais! Car ce sont tous des adultères, une troupe de perfides. Ils ont la langue tendue comme un arc et lancent le mensonge; ce n’est pas par la vérité qu’ils sont puissants dans le pays; Car ils vont de méchanceté en méchanceté, et ils ne ME connaissent pas," dit l’ETERNEL".

Il ne s’agit pas ici d’une complainte personnelle de Jérémie. Plusieurs commentateurs le présentent ainsi, mais une lecture du passage (voir en particulier les phrases: “ils M’ont provoqué” et “dit l’Éternel”) établirait clairement qu’il s’agit de Dieu qui est en train de parler. C’est Dieu qui est en train de répandre Son cœur et ses sentiments ici. Il s’agit de Dieu qui a été irrité par leurs images et Il voulait les abandonner et criait sans cesse parce qu’ils ne Le connaissaient. Dieu était très affligé à cause du péché de Son peuple. Et Dieu est attristé quand nous péchons. Le Nouveau Testament nous conseille clairement “de ne pas attrister le Saint Esprit de Dieu, par lequel nous avons été scellés jusqu’au jour de la rédemption” (Ephésiens 4:30). L’Esprit de Dieu peut être attristé. Dieu est triste quand nous Le rejetons. Quand nous abandonnons volontairement Sa voie pour aller un autre chemin, en suivant des passions, désirs et ambitions personnels. Quand au lieu de nous humilier devant Lui et de dire: “que ta volonté soit faite et non la mienne” nous allons de l’avant sans nous en faire et sans Le craindre L’Esprit de Dieu n’est pas indifférent mais s’attriste dans de tels cas.

Osée

Osée 11 est un autre passage où Dieu exprime Ses sentiments envers l’apostasie de Son peuple:

Osée 11
"Quand Israël était jeune, je l'aimais, Et j'appelai mon fils hors d'Égypte. Mais ils se sont éloignés de ceux qui les appelaient; Ils ont sacrifié aux Baals, Et offert de l'encens aux idoles. C'est moi qui guidai les pas d'Éphraïm, Le soutenant par ses bras; Et ils n'ont pas vu que je les guérissais. Je les tirai avec des liens d'humanité, avec des cordages d'amour, Je fus pour eux comme celui qui aurait relâché le joug près de leur bouche, Et je leur présentai de la nourriture. Ils ne retourneront pas au pays d'Égypte; Mais l'Assyrien sera leur roi, Parce qu'ils ont refusé de revenir à moi. L'épée fondra sur leurs villes, Anéantira, dévorera leurs soutiens, A cause des desseins qu'ils ont eus. Mon peuple est enclin à s'éloigner de moi; On les rappelle vers le Très Haut, Mais aucun d'eux ne l'exalte. Que ferai-je de toi, Éphraïm? Dois-je te livrer, Israël? Te traiterai-je comme Adma? Te rendrai-je semblable à Tseboïm? Mon cœur s'agite au dedans de moi, Toutes mes compassions sont émues. Je n'agirai pas selon mon ardente colère, Je renonce à détruire Éphraïm; Car je suis Dieu, et non pas un homme, Je suis le Saint au milieu de toi; Je ne viendrai pas avec colère. Ils suivront l'Éternel, qui rugira comme un lion, Car il rugira, et les enfants accourront de la mer. Ils accourront de l'Égypte, comme un oiseau, Et du pays d'Assyrie, comme une colombe. Et je les ferai habiter dans leurs maisons, dit l'Éternel. Éphraïm m'entoure de mensonge, Et la maison d'Israël de tromperie; Juda est encore sans frein vis-à-vis de Dieu, Vis-à-vis du Saint fidèle.”

Ce passage montre un autre aspect qui se déroule dans le cœur de Dieu concernant la rébellion de Son peuple. L’ardeur de Sa colère et sa sympathie se combattaient en Lui. Quand la Bible dit que son peuple l’irritait cela est très vrai! Dieu est patient et lent à la colère mais Il se met en colère! Il prend du temps avant de se mettre en colère. Il est TRÈS patient mais Il se met effectivement en colère et la rébellion de Son peuple est ce qui cause en grande partie Sa colère. Dans le cas de figure susmentionné, tout donne l’air d’un Dieu en train de lutter contre cette colère. Son cœur était agité au dedans de Lui!

Beaucoup de gens ont l’image d’un Dieu Tout Puissant mais qui est plutôt un être inerte. Cela n’est pas tout à fait vrai. Nous entretenons des vraies relations avec Dieu et comme dans toute relation on peut le rendre joyeux, heureux, triste, colérique, etc. en fonction de notre comportement. Notre Dieu n’est pas un code de règles figées pour vous mener, si elles sont suivies, au succès. Il est un DIEU VIVANT désirant des relations vivantes avec chacun de Ses enfants. Dieu désire une relation vivante avec VOUS et VOUS pouvez rendre Dieu, le Créateur Tout Puissant, heureux ou triste. Vous pouvez Le rendre content ou mécontent. Est-ce que cela est étonnant? Il n’est pas étonnant que Dieu se soit ouvert tant à nous êtres vivants, à moi et à toi, au point-même d’arriver à Le blesser! Je trouve ceci vraiment merveilleux! Notre relation a tout à voir avec le DIEU VIVANT et L’attrister ou Le réjouir est fonction de notre comportement! Son deuil ou Son sourire dépend de nous! Etonnant!

Anastasios Kioulachoglou

Français: Christine Bodart (Christian-translation.com)