Vérités Bibliques
Abonnez-vous

Téléchargez gratuitement la version PDF de l'étude optimisé pour votre lecteur électronique / ordinateur de bureau / Smartphone: Livres électroniques gratuit. Edition PDF

La parabole du serviteur avec une dette de dix milles talents



Nous trouvons cette parabole dans Matthieu 18:23-35. Nous y lisons:

“C'est pourquoi le royaume des cieux a été fait semblable à un roi qui voulut compter avec ses esclaves. Et quand il eut commencé à compter, on lui en amena un qui lui devait dix mille talents. Et comme il n'avait pas de quoi payer, son seigneur ordonna qu'il fût vendu, lui, et sa femme, et ses enfants, et tout ce qu'il avait; et que le payement fût fait. L'esclave donc, se jetant à ses pieds, lui rendit hommage, disant: Seigneur, use de patience envers moi, et je te payerai tout. Et le seigneur de cet esclave-là, touché de compassion, le relâcha et lui remit la dette. Mais cet esclave, étant sorti, trouva un de ceux qui étaient esclaves avec lui, qui lui devait cent deniers; et l'ayant saisi, il l'étranglait, disant: Paye, si tu dois quelque chose. Celui donc qui était esclave avec lui, se jetant à ses pieds, le supplia, disant: Use de patience envers moi, et je te payerai. Et il ne voulut pas; mais il s'en alla et le jeta en prison jusqu'à ce qu'il eût payé la dette. Or ceux qui étaient esclaves avec lui, voyant ce qui était arrivé, furent extrêmement affligés, et s'en vinrent et déclarèrent à leur seigneur tout ce qui s'était passé. Alors son seigneur, l'ayant appelé auprès de lui, lui dit: Méchant esclave, je t'ai remis toute cette dette, parce que tu m'en as supplié; n'aurais-tu pas dû aussi avoir pitié de celui qui est esclave avec toi, comme moi aussi j'ai eu pitié de toi? Et son seigneur, étant en colère, le livra aux bourreaux, jusqu'à ce qu'il eût payé tout ce qui lui était dû. Ainsi aussi mon Père céleste vous fera, si vous ne pardonnez pas de tout votre cœur, chacun à son frère”.

Dix milles talent c'est une somme ENORME. Personne ne pouvait gagner ce montant d'argent. Par contre ce serviteur devait ce montant énorme d'argent. Et vous savez ce qui s'est passé? Le Seigneur a annulé sa dette. C'est la GRACE! La grâce signifie la faveur imméritée. Et voici exactement ce que ce Maitre, qui est un type de Dieu, a fait: vu la supplication de son serviteur, il lui a accordé le pardon et annulé sa dette énorme. Ce serviteur était désormais libre! Il était pardonné. Remarquez qu'il n'a rien fait pour obtenir le pardon et l'annulation de la dette autre que supplier le maitre. Jusqu'à ce point, je crois que nous allons tous nous accordé que c'est une image parfaite de vous et moi. Qu'est-ce qui est arrivé à ce serviteur? La grâce et la compassion qui lui a été démontré est la même grâce et compassion que Dieu nous a démontré. Comme Ephésiens 2:1-9 le dit, parlant de nous:

Ephésiens 2:1-9
-et vous, lorsque vous étiez morts dans vos fautes et dans vos péchés, (dans lesquels vous avez marché autrefois, selon le train de ce monde, selon le chef de l'autorité de l'air, de l'esprit qui opère maintenant dans les fils de la désobéissance; parmi lesquels, nous aussi, nous avons tous conversé autrefois dans les convoitises de notre chair, accomplissant les volontés de la chair et des pensées; et nous étions par nature des enfants de colère, comme aussi les autres. Mais Dieu, qui est riche en miséricorde, à cause de son grand amour dont il nous a aimés,) alors même que nous étions morts dans nos fautes, nous a vivifiés ensemble avec le Christ (vous êtes sauvés par la grâce), et nous a ressuscités ensemble, et nous a fait asseoir ensemble dans les lieux célestes dans le Christ Jésus, afin qu'il montrât dans les siècles à venir les immenses richesses de sa grâce, dans sa bonté envers nous dans le Christ Jésus. Car vous êtes sauvés par la grâce, par la foi, et cela ne vient pas de vous, c'est le don de Dieu; non pas sur le principe des œuvres, afin que personne ne se glorifie”.

Notre dette était énorme. Nous étions morts dans nos iniquités et nos péchés. Nous étions les ennemis de Dieu et les fils de la désobéissance. Et qu'est-ce qui s'est passé? Nous nous sommes repentis et nous avons crus. Nous nous sommes prosternés comme ce serviteur et nous avons demandé au Roi de nous pardonné. Et Il l'a fait. Ça c'est la grâce. Par la grâce nous avons été sauvés. Et c'était pareil avec ce serviteur, par la grâce il a été sauvé de sa dette énorme. Il n'y avait pas des œuvres, rien que moi, vous ou ce serviteur aurait pu faire pour payer cette dette. Seule la grâce pouvait le faire. Alors le salut est par la foi, par la grâce et ne peut être gagné en échange de nos œuvres car aucune œuvre ne pouvait payer notre énorme dette. Je pense que jusqu'ici c'est bien. Mais le Seigneur ne s'arrête pas à ce point.

Il regarde ce que le serviteur a fait. En dépit de l'énorme dette dont il a reçu le pardon, il a refusé de pardonner à son compagnon la petite dette qu'il lui devait. Le serviteur a reçu le pardon mais n'a pas agit comme quelqu'un qui avait été pardonné. Maintenant, le Roi sera-t-Il juste s'Il ne donnait pas de jugement ici? Non, Il ne le sera pas. En revanche, Il sera complètement injuste. Et voici ce que bon nombres de personnes veulent que Dieu fasse avec eux. Ils veulent que Dieu les pardonnent mais pas les juger quand ils insistent à ne pas marcher comme des personnes qui ont été pardonné. Quand le Seigneur a jugé le serviteur et a rétabli l'énorme dette qui avait été à l'origine pardonné, manquait-Il de grâce? Non. Il a usé de grâce lorsqu'Il a pardonné ce serviteur de cette dette énorme à l'origine. Mais voyant que ce serviteur n'opérait pas dans ce pardon mais avait profité de sa liberté pour mettre son compagnon sous pression, exigeant que la “justice” soit faite au sujet de leur dette négligeable, la justice lui devait être appliquée aussi. Alors ne méprenez pas la grâce et la justice. Dieu est les deux à la fois. Il est à la fois plein de grâce et de justice. Si nous nous repentons sincèrement de notre cœur, nous obtenons la grâce. Cependant, si nous ne pardonnons pas, demandant essentiellement le jugement contre ceux qui, soi-disant nous ont fait du tort, alors le jugement sera appliqué, mais il va commencer par nous! Notre Seigneur ne laisse aucun espace pour un malentendu:

“Méchant esclave, je t'ai remis toute cette dette, parce que tu m'en as supplié; n'aurais-tu pas dû aussi avoir pitié de celui qui est esclave avec toi, comme moi aussi j'ai eu pitié de toi? Et son seigneur, étant en colère, le livra aux bourreaux, jusqu'à ce qu'il eût payé tout ce qui lui était dû. Ainsi aussi mon Père céleste vous fera, si vous ne pardonnez pas de tout votre cœur, chacun à son frère”.

De plus, dans la prière du Seigneur:

Mathieu 6:12
“Et remets-nous nos dettes, comme nous aussi nous remettons à nos débiteurs”.

Le Seigneur explique d'avantage dans le verset 14-15:

“Car si vous pardonnez aux hommes leurs fautes, votre Père céleste vous pardonnera aussi à vous; mais si vous ne pardonnez pas aux hommes leurs fautes, votre Père ne pardonnera pas non plus vos fautes”.

Que Dieu n'est pas seulement plein de bonté et de gentillesse mais également plein de justice avec la sévérité respective qui va de pair, est résumé de manière excellente par Paul dans Romains 11:22, lorsqu'il dit:

“Considère donc la bonté et la sévérité de Dieu: la sévérité envers ceux qui sont tombés; la bonté de Dieu envers toi, si tu persévères dans cette bonté; puisque autrement, toi aussi, tu seras coupé”.

Il y a la bonté de Dieu et c'est ce que nous allons obtenir si nous continuons à marcher sur ce chemin étroit de la foi, demeurant en Christ, en celui qui a payé le prix pour nous. Mais si nous ne le faisons pas et nous ne continuons pas dans Sa bonté, en d'autres termes, si nous choisissons, comme ce serviteur, d'agir comme si nous n'avons pas été pardonnés des péchés et iniquités dans lesquels nous étions morts, alors nous ne devons pas nous attendre à la bonté mais à la sévérité. Dieu est les deux à la fois et il est évident que nous choisissons ce que nous obtenons.

Section suivante: «A celui qui vaincra»

Auteur: Anastasios Kioulachoglou