Vérités Bibliques
Abonnez-vous

Téléchargez gratuitement la version PDF de l'étude optimisé pour votre lecteur électronique / ordinateur de bureau / Smartphone: Livres électroniques gratuit. Edition PDF

Soutenir les salaires des employés de l’église - ce que dit la Parole et ce qu’elle ne dit pas



Il y a une autre question très intéressante en ce qui concerne le gain. Quand je parle d’équipe ici, je veux parler de personnes telles que les pasteurs, les pasteurs assistants, les pasteurs de la jeunesse, c.à.d. des “professionnels” qui d’une façon ou d’une autre sont supposés avoir un ministère dans l’église locale. Cette question devient même plus intéressante parce que les salaries de l’équipe représentent la plus grande partie des dépenses d’une église moderne. Avant d’aller plus loin, notons que la hiérarchie dans l’église que nous connaissons aujourd’hui ne se trouve pas dans la Bible. Selon cette hiérarchie nous avons le pasteur senior qui est – implicitement ou explicitement- une espèce de chef suprême de l’église. En dessous de lui vous avez d’autres professionnels du même genre qui assument la charge de Pasteur de la jeunesse, Pasteur assistant, etc. et ils sont en général des employés de l’église à temps plein, et qui travaillent sous les ordres du pasteur senior. Le pasteur senior lui même est peut-être soumis à un “évêque”, qui est une sorte de clergé dans une région. Ensuite vous avez les anciens. Ceux-ci en général n’en font pas leur “métier”, ce sont des personnes avec un travail à temps plein “normal” et ils participant à la gestion de l’église. Finalement vous avez tous les autres croyants qui tout comme les anciens sont appelés des “laïcs”. Bien que toutes les églises ne suivent pas ces distinctions explicites, celles-ci existent même si c’est de manière implicite dans la majorité des églises. Si nous allons dans le Nouveau Testament maintenant, on remarquera que ces structures n’existent pas. Vous n’y voyez pas des pasteurs, des pasteurs assistants, des évêques et des anciens étant une catégorie séparée de gens. Dans le Nouveau Testament, les anciens dirigent l’église locale. On les appelle aussi pasteurs et évêques. Dans le Nouveau Testament, les anciens, les bergers (pasteurs), les évêques sont des termes utilisés pour les mêmes personnes. La fonction de ces personnes consiste à conduire le troupeau, à être le pasteur de l’église locale, à surveiller le troupeau (le mot grec pour “évêque” signifie surveillant) car ce sont des frères anciens c.à.d. anciens dans la foi, des croyants mûrs. Il y a beaucoup d’Ecritures qui le prouvent et bientôt je ferai une autre étude parlant exclusivement de ce sujet, mais voici un passage qui englobe le tout: Dans Actes 20:17 Paul, sur la route vers Jérusalem venait d’Ephèse où il “avait appelé les anciens (pluriel) de l’église”. Notez qu’il y avait une église, l’église d’Ephèse et beaucoup d’anciens. Notez aussi que Paul avait appelé les anciens. Le texte ne dit pas qu’il avait appelé les anciens, le pasteur senior et les assistants pasteurs et l’évêque. Il s’agit seulement d’anciens! Tous traités de la même façon sans aucun titre particulier attaché à l’un d’eux. Il n’y avait personne appelé “pasteur senior” ou “pasteur assistant ” etc. C’était tous des anciens. Et il y en avait beaucoup! Voyons un peu ce qu’il leur dit:

Actes 20:28
“Prenez donc garde à vous-mêmes, et à tout le troupeau sur lequel le Saint Esprit vous a établis évêques, pour paître l'Église du Seigneur, qu'il s'est acquise par son propre sang.”

Dans ce verset vous avez tout. Les personnes invitées à cette réunion étaient des anciens de l’église d’Ephèse. Maintenant quel était le rôle de ces frères? Leur rôle consistait à SURVEILLER. Le mot traduit “paître” dans ce verset est le mot grec “episkopos”. C’est ce mot qui dans I Timothée 3:2 est traduit par “évêque”, quand il dit: “Il faut donc que l'évêque [episkopos] soit irréprochable, mari d'une seul femme, sobre…”. C’est traduit ainsi aussi dans Tite 1:7 Car il faut que l'évêque (episkopos) soit irréprochable, comme économe de Dieu”. Les anciens de l’église d’Ephèse - et donc tous les anciens de l’église du Nouveau Testament – étaient des “episkopoi”, ce qui signifie des surveillants. En d’autres termes: les “episkopoi” mentionnés dans la Bible étaient des anciens de l’église locale. Comme le dit le dictionnaire Vine:

“Le terme “ancien” indique une expérience spirituelle mature et la compréhension des choses décrites; le terme “évêque”, ou “surveillant” indique le caractère du travail entrepris” (Dictionnaire Vine pp. 130-131).

Les évêques et les anciens, c’est la même chose dans la Bible. Il se peut que dans le monde actuel, on les présente comme deux classes différentes de gens mais cette distinction ne vient pas de la Bible.

Mais Actes 20:28 nous en dit plus: remarquez que les anciens étaient nommés pour paître l’église de Dieu ou pour être les pasteurs selon certaines traductions. Le mot “paître” qui apparaît dans ce passage est un mot grec: poimaino qui signifie: “agir comme un berger” (dictionnaire Vine, p. 427), en d’autres termes “paître”. Un berger c’est quelqu’un qui nourrit le troupeau. Non seulement il le nourrit mais il le guide, allant au devant de lui. En outre, il prend soin de ceux qui sont blessés. Nous pouvons trouver toutes les fonctions d’un berger dans la Parole de Dieu, mais comme je l’ai déjà dit, je ne souhaite pas aller plus avant car l’objectif de cette étude est différent. Il y aura une autre étude parlant de ces sujets. Ce dont nous avons besoin, cependant, de garder à l’esprit, c’est ceci: nulle part, la Parole de Dieu ne fait les distinctions que nous faisons aujourd’hui dans la plupart des églises. On ne parle pas de pasteurs, évêques, assistants pasteurs et anciens comme de catégories séparées. Tout ce qu’Elle dit c’est que les anciens paissent le troupeau de Dieu, l’église locale, étant des surveillants de celle-ci. Ces anciens n’avaient pas de diplômes en théologie. Ils étaient des personnes ordinaires de l’assemblée. Ils étaient des croyants qui étaient mûrs et ils étaient capables de paître et surveiller les croyants nouvellement convertis et leur but final était de les construire en Christ. On ne dit pas dans les écritures que ces personnes avaient quitté leur emploi séculier. On ne dit pas non plus dans les écritures que les anciens touchaient un salaire mensuel normal ou tout autre salaire régulier de l’église locale pour ce qu’ils faisaient. En fait, il n’y avait aucune église dans le Nouveau Testament dans laquelle les anciens qui paissaient, surveillaient, le troupeau étaient des employés à plein temps de l’église, et recevant donc un salaire régulier de celle-ci. En avons-nous une preuve? Oui. Lisons plus loin.

Concernant les salaires des employés de l’église: l’exemple de Paul

Paul et son équipe étaient des missionnaires, allant de ville en ville pour prêcher l’évangile et implanter des églises. Ils ne restaient jamais en permanence au même endroit. Ils étaient toujours plus ou moins en mouvement, prêchant l’évangile. Pour ces personnes et nous le verrons plus loin, le Seigneur a commandé:

1 Corinthiens 9:14
“De même aussi, le Seigneur a ordonné, à ceux qui annoncent l’Evangile de vivre de l’Evangile.”

Ce n’est pas une référence pour les anciens, les personnes fixes de l’église locale. 1 Corinthiens 9 ne les concerne pas. Cette référence concerne les apôtres, les missionnaires, qui allaient de ville en ville, prêchant l’évangile et implantant des églises. En d’autres termes, ils étaient ce que nous appelons aujourd’hui des missionnaires. Ces travailleurs apostoliques avaient le droit de vivre pleinement de l’évangile. Paul en était un, Barnabas, un autre. Comme Paul le dit dans les versets 3-6 du même chapitre:

“C’est là ma défense contre ceux qui m’accusent: N’avons-nous pas le droit de manger et de boire? N’avons-nous pas le droit de mener avec nous une sœur qui soit notre femme, comme font les autres apôtres, et les frères du Seigneur et Céphas? Ou bien est-ce que moi seul et Barnabas nous n’avons pas le droit de ne point travailler?

Pour paraphraser la dernière question pour qu’elle ressemble aux deux premières: “Barnabas et moi n’avons nous pas le droit d’arrêter de travailler?” La question implique que les apôtres, en général n’avaient pas d’emploi séculier. Mais Paul et Barnabas, si. Paul et Barnabas qui “s’occupaient de toutes les églises” (2 Corinthiens 11:28) travaillaient toujours. Le Seigneur leur avait donné le droit spécial de ne pas avoir un travail séculier mais de vivre de l’évangile. Mais ils ne faisaient pas usage de ce droit. Voici ce que dit Paul:

1 Corinthiens 9:14-18
“De même aussi, le Seigneur a ordonné, à ceux qui annoncent l’Evangile de vivre de l’Evangile. Pour moi, je n’ai usé d’aucun de ces droits, et ce n’est pas afin de les réclamer en ma faveur que j’écris ainsi; car j’aimerais mieux mourir que de me laisser enlever ce sujet de gloire. Si j’annonce l’évangile ce n’est pas pour moi un sujet de gloire, car la nécessité m’en est imposée et malheur à moi, si je n’annonce pas l’évangile! Si je le fais de bon cœur, j’en ai la récompense ; mais si je le fais malgré moi, c’est une charge qui m’est confiée. Quelle est donc ma récompense? C’est d’offrir gratuitement l’évangile que j’annonce, sans user de mon droit de prédicateur de l’évangile.

Paul avait le droit de vivre de l’évangile. Néanmoins, il ne faisait pas usage de ce droit, bien que, comme nous le verrons, il recevait en effet, à l’occasion des dons volontaires non demandés des croyants. En même temps, il travaillait. Comme nous le dit Actes 18:1-3:

“Après cela, Paul partit d’Athènes, et se rendit à Corinthe. Il y trouva un juif, nommé Aquilas, originaire du Pont, récemment arrive d’Italie avec sa femme Priscille, parce que Claude avait ordonné à tous les juifs de sortir de Rome. Il se lia avec eux. Et comme il avait le même métier, il demeura chez eux et Y TRAVAILLA: ils étaient faiseurs de tentes.

L’évangile ne doit pas avoir une étiquette de prix qui lui est attribuée. Il doit être gratuit et Paul s’assurait que ce le soit. Mais il le faisait aussi pour une autre raison. Elle est citée dans 2 Thessaloniciens 3:6-9:

“Nous vous recommandons, frères, au nom de notre Seigneur Jésus-Christ de vous éloigner de tout frère qui vit dans le désordre et non selon les instructions que vous avez reçues de nous. Vous savez vous mêmes comment il faut nous imiter, car nous n’avons pas vécu parmi vous dans le désordre; nous n’avons mangé gratuitement le pain de personne; mais dans le travail et dans la peine, nous avons été nuit et jour à l’œuvre, pour n’être à charge d’aucun de vous. Ce n’est pas que nous n’en eussions le droit, MAIS NOUS AVONS VOULU VOUS DONNER EN NOUS-MEME UN MODELE A IMITER. Car lorsque nous étions chez vous, nous vous disions expressément: Si quelqu’un ne veut pas travailler, qu’il ne mange pas non plus.”

Paul et son équipe avaient le droit de “manger gratuitement le pain de quelqu’un”. Ils avaient le droit en tant que travailleurs apostoliques pas en tant qu’anciens de l’église locale. Mais ils n’en ont jamais fait usage. Au lieu de cela, ils travaillaient jour et nuit, comme il le dit. Pourquoi? Pour qu’ils servent d’EXEMPLE à suivre pour les frères. Et quel est l’exemple: qu’ils doivent travailler et si quelqu’un ne veut pas travailler, il ne devrait pas manger. Maintenant, qu’est-ce que cela signifie pour les églises que Paul avait fondées, les églises du Nouveau Testament? Si Paul et ses collaborateurs travaillaient là où ils allaient, et ils le faisaient pour être un modèle, un exemple pour les autres croyants, pensez-vous qu’il y avait des anciens dans cette église qui ne travaillaient pas mais avaient un salaire de l’église? Je ne pense pas. En outre, bien que des travailleurs apostoliques – des planteurs d’églises- eussent le droit de ne pas travailler pour vivre, les anciens n’avaient pas ce droit.

Mais les références de la Parole de Dieu ne s’arrêtent pas là. I Thessaloniciens 2:9 nous dit.

“Vous vous rappelez, frères, notre travail et notre peine; nuit et jour à l’œuvre pour n’être à charge d’aucun de vous, nous vous avons prêché l’Evangile de Dieu.

Ils étaient à l’œuvre nuit et jour afin de ne pas être une charge pour les croyants. Le ministère n’était pas leur travail ; quelque chose dont ils tirent leur salaire. Faire la volonté de Dieu était leur vie, mais ils ne gagnaient pas leur vie de cette façon. Pour gagner leur vie, ils devaient travailler comme n’importe qui d’autre, donnant l’EXEMPLE aux autres.

Actes 20:33-35 est un autre passage caractéristique. Cela fait partie du même discours de Paul aux anciens (bergers, surveillants) de l’église d’Ephèse. Voyez ce qu’il leur dit:

“Je n’ai désiré ni l’argent, ni l’or, ni les vêtements de personne. Vous savez, vous-mêmes que ces mains ont pourvu à mes besoins et à ceux des personnes qui étaient avec moi. Je vous ai montré de toutes manières, que c’est en travaillant ainsi qu’il faut soutenir les faibles. Et se rappeler les paroles du Seigneur: qui a dit lui-même: Il y a plus de bonheur à donner qu’à recevoir.”

De nouveau, Paul se présente lui-même comme un exemple pour eux. Vous savez, il leur dit que mes mains ont pourvu à mes besoins. C’est une référence claire au fait que quand il était à Ephèse, il travaillait pour se supporter lui-même ainsi que les autres. Mais il y a encore plus à ajouter. Regardez ce qu’il dit: “Je vous ai montré de toutes manières, QUE C’EST EN TRAVAILLANT AINSI QU’IL FAUT SOUTENIR LES FAIBLES.” Paul parle aux anciens (bergers, surveillants) de l’église d’Ephèse. Et que leur dit-il? Il leur dit “voyez comment j’ai marché avec vous. J’ai travaillé pour subvenir à tous mes besoins. FAITES DE MEME. ”. De sorte que “en travaillant ainsi vous subveniez aux besoins des faibles. Et souvenez-vous des paroles du Seigneur Jésus qui a dit: 'Il y a plus de bonheur à donner qu’à recevoir. Les dirigeants de l’église locale devaient suivre l’exemple de Paul, travaillant dur pour subvenir à leurs besoins. Ils ne devaient pas recevoir de salaire de leur congrégation. Paul, l’exemple, n’était pas un récipiendaire de ce genre de salaire! Comment auraient-ils pu? Ils auraient préféré venir en aide et aider les faibles. Ils auraient préféré donner que prendre.

Pour commenter Paul et son exemple ici, voici ce que disent certains commentateurs et spécialistes bien connus3:

F.F. Bruce - (The New International Commentary on the New Testament: Acts [Grand Rapids: Wm.B. Eerdmans, 1986] p.418).
“Retournant encore une fois à l’exemple qu’il leur a cité, il leur rappelle finalement que ceux qui s’occupent du peuple de Dieu doivent le faire sans attendre de récompense matérielle. Comme Samuel avait appelé Israël à témoigner quand il a décidé d’abandonner sa charge de juge (1 Samuel 12:3), Paul a appelé les anciens Ephésiens à témoigner que tout le temps qu’il avait passé avec eux, il n’avait convoité rien qui ne soit à lui; au contraire, il n’avait même pas fait prévaloir son droit à être entretenu par ceux dont il prenait soin du bien-être spirituel, mais il gagnait sa vie – et celle de ses compagnons par leurs propres œuvres: "ces mains," dit-il (inévitablement avec des gestes appropriés), "ont pourvu à mes besoins et à ceux de ceux qui m’accompagnaient" (v.34). Laissons ceux à qui il parlait travailler et subvenir non seulement à leurs besoins mais à ceux des autres aussi, les malades en particulier.”

 

Simon Kistemaker (professeur du Nouveau Testament au Séminaire Théologique Réformé) - (New Testament Commentary: Acts [Grand Rapids: Baker Book House, 1990] pp. 737,740)

“Dans ses [Paul] épîtres, il avoue qu’il travaillait nuit et jour de ses propres mains pour subvenir à ses besoins, de sorte que personne ne puisse l’accuser de dépendre de ceux qui écoutaient l’Evangile, pour ses besoins matériels (comparez 1 Samuel 12:3). Il refusa d’être une charge pour quiconque dans les églises qu’il établissait. En faisant un travail manuel, il pourvoyait à ses besoins financiers. Paul recevait des dons des croyants à Philippe comme il le dit lui-même (Philippiens 2:25; 4:16-18), mais il déclare qu’il n’a pas sollicité ces dons... Les anciens d’Ephèse avaient observé le ministère de Paul et son travail physique durant son séjour de trois ans. Ils étaient capables d’attester qu’il n’avait exploité personne (2 Corinthiens 7:2), mais qu’il avait toujours été un exemple de diligence et d’autosuffisance dans le bon sens du terme. Il était un modèle pour les croyants et enseignait la règle: "Si vous ne voulez pas travailler, vous ne devez pas manger" (2 Thessaloniciens 3:10)... Il semble que Paul avait un revenu suffisant pour subvenir non seulement à ses besoins mais aussi à ceux de ses compagnons…A tous égards, dit Paul aux anciens d’Ephèse, je vous ai enseigné à travailler dur et avec vos gains à aider les faibles... Il les exhorte à suivre son exemple et à travailler dur.”

 

Roland Allen, auteur de l’ouvrage classique, Missionary Methods: St. Paul's or Ours? (Grand Rapids: Wm.B. Eerdmans, 1962)

“Quand j’ai écrit ce livre, je ne m’étais pas rendu compte qu’en s’adressant aux anciens d’Ephèse, St Paul les incite directement à suivre son exemple et à subvenir à leurs besoins (Actes 20:34-35). Le droit à une subvention est toujours rattaché aux évangélistes et prophètes itinérants, pas au clergé stable (voir Matthieu 10.:10; Luc 10:7; 1 Corinthiens 9:1-14) à l’exception douteuse de Galates 6:6 et 1 Timothée 5:17-18, et même si ces passages réfèrent à des dons d’argent, ils ne représentent sans doute pas des salaires fixes car c’était une abomination dans les yeux des premiers chrétiens (p.50).”

 

Carl B. Hoch, Jr., professeur du Nouveau Testament au séminaire Baptiste de Grands Rapides (All Things New [Grand Rapids: Baker Book House, 1995] p.240).

“Dans le Nouveau Testament, les dirigeants n’étaient en général pas payés. Ceci étant dit, l’argent était donné plus comme un don que comme un revenu ou un salaire. Des dirigeants comme Paul pouvaient recevoir de l’argent mais Paul décida de ne rien recevoir des Corinthiens (1 Corinthiens 9:8-12). Il voulait servir sans dépendre d’aucune église pour l’aide financière. Les églises avaient la responsabilité de "récompenser le bœuf" (1 Timothée 5:17) et de partager avec ceux qui enseignaient (Galates 6:6).Mais l’argent n’était jamais le moteur du ministère (1 Pierre 5:2). Malheureusement, les églises de nos jours n’appelleront pas un homme jusqu’à ce qu’elles aient le sentiment qu’elles peuvent subvenir à ses besoins et certains hommes ne prendront pas un appel au sérieux si l’apport financier est "inadéquat" (Toutes Choses Nouvelles [Grands Rapides: Baker Book House, 1995] p.240).”

 

Watchman Nee – The Normal Christian Church Life (Anaheim, CA: Living Stream Ministry, 1980).

“Il n’est pas nécessaire que les anciens renoncent à leur profession habituelle et se consacrent exclusivement à leurs charges dans l’église. Ce sont simplement des personnes locales, suivant leur cours normal et en même temps, portant des responsabilités spéciales dans l’église. Si les affaires locales augmentent, ils peuvent se consacrer entièrement au travail spirituel mais la caractéristique d’un ancien n’est pas d’être "un travailleur à temps plein dans l’église." C’est tout simplement qu’en tant que frère local, il porte certaines responsabilités dans l’église locale (pp. 62-63).”

Pour moi, cela ne fait aucun doute qu’il n’y avait pas d’églises du Nouveau Testament dont l’équipe recevait un salaire. Quel contraste avec aujourd’hui! Aujourd’hui, il est difficile pour moi de rencontrer une église dont le personnel n’est pas payé. Les salaires prennent 50 à 60 % du budget total de l’église et environ les 20-30% restants sont engloutis dans les dépenses du bâtiment. Un autre point qui n’existait pas dans l’église du Nouveau Testament. Triste à dire, mais vrai, presque 80-90% du budget d’une église moderne part dans des choses inconnues de l’église du premier siècle. C’est vraiment dommage.

Subvenir aux besoins des anciens: que dit la Bible?

Ayant dit tout ce qui se trouve plus haut, la Bible ne dit-elle rien pour ceux qui passent leur temps à enseigner et à paître les autres? La réponse est oui, elle le fait! Bien qu’il n’y avait pas d’employés salariés dans les églises locales, les Ecritures montrent clairement que les anciens, les bergers, des congrégations locales devaient recevoir l’honneur des gens. Comme I Timothée 5:17 nous le dit:

“Que les anciens qui dirigent bien soient jugés dignes d’un double honneur, surtout ceux qui travaillent à la prédication et à l’enseignement. Car l’Ecriture dit: "Tu n’emmuselleras point le bœuf quand il foule le grain." Et "l’ouvrier mérite son salaire.”

Notez encore une fois que le passage ne parle pas d’un ancien ou d’un berger ou d’un Pasteur. Il parle des anciens, beaucoup d’anciens. La charge de faire paître l’église locale ne devait jamais être le job d’une seule personne mais de plusieurs frères mûrs spirituellement. C’est la direction collective du Nouveau Testament sous la direction du Seigneur Jésus Christ par rapport à la direction par un seul homme qui est le modèle appliqué aujourd’hui presque partout et essentiellement dans les siècles passés. Retournons au verset 17 qui dit d’honorer c.à.d. de respecter, de donner de la valeur, d’honorer les anciens spécialement ceux qui travaillent à la prédication et à l’enseignement. Ce qui pourrait inclure des dons volontaires que l’on peut leur faire.

Le double honneur inclut – bien que pas seulement – de les aider par des dons volontaires selon le passage ci-dessus qui parle du bœuf et selon le passage suivant de Galates où nous lisons:

“Que celui à qui l’on enseigne la parole fasse part de tous ses biens à celui qui l’enseigne.”

Ceux qui sont enseignés doivent partager tous leurs biens avec une personne qui les enseigne et une des fonctions d’un frère mûr consiste à enseigner (I Timothée 3:2). De nouveau, ce n’est pas un salaire mais un partage, une aide volontaire. Du point de vue des anciens ce n’est pas un travail pour survivre. Ils doivent faire cela non pour l’argent ou pour un dû. Ils doivent le faire de toutes façons même gratuitement. Comme dit Pierre parlant aux anciens:

I Pierre 5:1-2
“Voici les exhortations que j’adresse aux anciens qui sont parmi vous, moi ancien comme eux…..Paissez le troupeau de Dieu qui est sous votre garde, non par contrainte mais volontairement, selon Dieu; non pour un gain sordide, mais avec dévouement;

De nouveau, remarquez que les anciens, les pasteurs et les surveillants (ou “évêques”) sont tous des termes interchangeables. Comme nous le voyons, les anciens devaient faire paître le troupeau de Dieu, le surveillant. Notez aussi que faire paître l’église locale n’est pas un “job”. Ce n’est pas quelque chose que vous faites pour obtenir un salaire et quelque chose que vous ne faites pas si vous n’êtes pas payé. Faire paître l’église locale est un don, un ministère et cela doit être considéré en tant que tel. Maintenant, c’est difficile de le considérer ainsi quand la tâche repose sur les épaules d’un seul frère que les gens appellent le “pasteur”. Mais cela n’aurait jamais dû être ainsi. Cette charge devait reposer sur les épaules de plusieurs frères, ceux qui sont mûrs en Crist. Ils devaient partager cette charge. Et pour revenir à notre sujet, ils devaient recevoir les honneurs, de la congrégation, y compris des dons volontaires. Cependant c’étaient des dons qui étaient donnés volontairement et qui n’étaient pas réclamés. Les anciens ne devaient pas baser leur existence sur ces dons. Ils devaient gagner leur vie d’eux-mêmes comme n’importe qui d’autre. Ils n’avaient pas de salaires de l’église. Ils devaient suivre l’exemple de leur père dans la foi, Paul qui avec beaucoup de responsabilités étaient allé travailler pour subvenir à ses besoins, et à ceux des autres avec lui. Cela est en tel contraste avec aujourd’hui, où le ministère est considéré comme un métier que l’on ne ferait pas sans être payé pour le faire.

 

Section suivante: Dons dans le Nouveau Testament – aider les missionnaires

 

Anastasios Kioulachoglou