Vérités Bibliques
Abonnez-vous

Téléchargez gratuitement la version PDF de l'étude optimisé pour votre lecteur électronique / ordinateur de bureau / Smartphone: Livres électroniques gratuit. Edition PDF

Dons dans le Nouveau Testament – aider les missionnaires



Nous avons déjà parlé de ce sujet. Comme nous l’avons vu auparavant, 1 Corinthiens 9:14 nous dit:

“De même aussi, le Seigneur a ordonné à ceux qui annoncent l'Évangile de vivre de l'Évangile.”

Comme nous l’avons dit au chapitre précédent, ce passage ne réfère pas aux anciens mais à ceux qui prêchent l’évangile, à des gens comme Paul, Timothée et Barnabas, aux équipes apostoliques qui allaient de ville en ville pour prêcher l’évangile, pour agrandir le royaume de Dieu. C’étaient des travailleurs itinérants, des personnes qu’aujourd’hui nous appellerions probablement des missionnaires. Ces personnes avaient le droit et elles l’ont encore de vivre de l’évangile bien que Paul et son équipe n’aient pas fait usage de ce droit. Néanmoins, Paul recevait des dons volontaires des gens même s’il ne réclamait rien dans ses épitres. La lettre aux Philippiens nous montre un cas où une église l’a aidé. Jetons un œil à cette histoire en commençant par Philippiens 4:10-13:

“J'ai éprouvé une grande joie dans le Seigneur de ce que vous avez pu enfin renouveler l'expression de vos sentiments pour moi ; vous y pensiez bien, mais l'occasion vous manquait. Ce n'est pas en vue de mes besoins que je dis cela, car j'ai appris à être content de l'état où je me trouve. Je sais vivre dans l'humiliation, et je sais vivre dans l'abondance. En tout et partout j'ai appris à être rassasié et à avoir faim, à être dans l'abondance et à être dans la disette. Je puis tout par celui qui me fortifie.

Le ministère de Paul n’était pas basé sur un salaire de l’église. Il ne mettait pas son assurance en un salaire. Il n’en avait pas. Il dépendait totalement du Seigneur. Il avait appris à être content peu importe les conditions. Comment? Par Christ qui le fortifiait. Christ était son fondement, la source de sa joie. Remarquez qu’il avait appris cela, il n’était pas né comme ça. Il avait dû l’apprendre. Si nous pouvions l’apprendre nous aussi. Remarquez qu’il dit aussi “Ce n’est pas en vue de mes besoins que je dis cela”. Il n’avait pas une liste de besoins. Après avoir parlé aux gens, il n’allait pas passé un panier pour récolter une offrande. Il aurait plutôt été sur le marché faire son commerce. De cette façon, il représentait un exemple pour chacun. Mais quand une église lui envoyait des dons, il acceptait avec gratitude:

Philippiens 4:14-18
“Cependant vous avez bien fait de prendre part à ma détresse. Vous le savez vous-mêmes, Philippiens, au commencement de la prédication de l'Évangile, lorsque je partis de la Macédoine, aucune Église n'entra en compte avec moi pour ce qu'elle donnait et recevait ; vous fûtes les seuls à le faire, car vous m'envoyâtes déjà à Thessalonique, et à deux reprises, de quoi pourvoir à mes besoins. Ce n'est pas que je recherche les dons ; mais je recherche le fruit qui abonde pour votre compte. J'ai tout reçu, et je suis dans l'abondance ; j'ai été comblé de biens, en recevant par Épaphrodite ce qui vient de vous comme un parfum de bonne odeur, un sacrifice que Dieu accepte, et qui lui est agréable.”

Les Philippiens aidaient Paul. Aider les travailleurs apostoliques, les missionnaires qui diffusent l’évangile est un autre domaine du don. Bien que ces travailleurs ne devraient pas baser leur confiance sur ces dons ou sur leur régularité mais plutôt sur le Seigneur. Eux et tous les chrétiens également, devraient comme Paul se satisfaire de ce qu’ils ont. Remarquez que Paul dit aussi: “aucune église n’entra en compte avec moi pour ce qu’elle donnait et recevait; vous fûtes les seuls”. Paul ne recevait de support d’aucune église, du moins “au début de l’évangile”, ce qui montre de nouveau que son entretien personnel n’était pas un sujet dont il parlait aux églises. En outre, il a dit également: “Ce n’est pas que je recherche les dons; mais je recherche le fruit qui abonde pour votre compte.” Il y avait un fruit associé au don. Le don allait produire du fruit et ce fruit serait crédité sur le compte des Philippiens. Comme le travail de Paul continue à porter du fruit, je suppose que la moisson des Philippiens aux cieux est très grande à présent et qu’elle va s’accroître encore.

 

Section suivante: Dons dans le Nouveau Testament – Aide aux veuves

 

Anastasios Kioulachoglou