Vérités Bibliques
Abonnez-vous

L’opinion de Jésus sur la prière (PDF) Edition PDF

L’opinion de Jésus sur la prière



L’article de ce mois se consacre à une étude sur l’importance de la prière selon Jésus-Christ. La puissance da la Parole de Dieu vis-à-vis de la prière est témoignée par son appel à «prier sans cesse» (I Thessaloniciens 5:17), «à être sages et sobres, pour vaquer à la prière» (I Pierre 4:7), «à être patients dans l’affliction, à persévérer dans la prière» (Romains 12:12), «à veiller à la prière avec actions de grâces» (Colossiens 4:2) etc1.

Cependant, en dépit de ces références bibliques qui soulignent bien l’importance de la prière, celle-ci est parfois négligée ou considérée comme activité de moindre priorité. Cet article, ainsi, a pour objectif, à travers l’exemple de Jésus-Christ de mettre en évidence l’importance de la prière ainsi que de montrer qu’elle doit être une des principales priorités de la vie.

1. Luc 5:15-16

Dans ces versets de Luc 5 ainsi que dans d’autres qui suivront, il est essentiel de faire attention au contexte qui nous permettra de comprendre et d’en apprendre plus quant aux conditions auxquelles Jésus-Christ se livrait à la prière. Ainsi, à partir des versets 12-13, nous est racontée la guérison d’un homme atteint de la lèpre. De là, le verset 15, dans un contexte général, nous dit que Jésus évitait la publicité de ses miracles, «sa renommée se répandait, et les gens venaient en foule pour l’entendre et pour être guéris de leurs maladies» (Luc 5:15) De ce passage, nous pouvons comprendre que Jésus-Christ était très occupé avec ces foules qui venait à lui, et il était probablement plus occupé que la plupart d’entre nous aujourd'hui. Honnêtement, en de pareilles circonstances, combien d’entre nous auraient pris le temps de prier? Voyons-donc ce que Jésus faisait:

Luc 5:16
"IL SE RETIRAIT dans les déserts et PRIAIT"

Lorsque le mot «mais» est présent dans une phrase, il met toujours en opposition ce qui précède avec ce qui suit. Dans notre cas, ce qui précède est la description d’un Jésus-Christ, évidemment, très occupé. Ce qui suit, nous dit qu’en dépit du fait qu’il était très occupé, il se retirait de toute cette agitation et priait. Bien que ce soit un message très important qui témoigne de l’importance de la prière aux yeux de Jésus-Christ, la beauté du texte grec de ce passage y est perdue quelque part. Dans le texte grec, le temps utilisé est l’imparfait, dénotant ainsi une action répétitive et consistante dans le passé ; en opposition avec le passé simple utilisé dans les traductions ci-dessus, dénotant ainsi une action plus ponctuelle et unique dans le passé. Par conséquent, la traduction correcte des versets 15 et 16 est la suivante:

Luc 5:15-16
“Sa renommée se répandait de plus en plus, et les gens venaient en foule pour l'entendre et pour être guéris de leurs maladies. Quant à lui, il se retirait dans les déserts, et priait."

Ainsi, les versets 15 et 16 ne dénotent pas quelque chose qui s’est passé seulement une fois dans la vie de Jésus-Christ. Au contraire, ces versets nous montrent, qu’il était TOUJOURS très occupé, avec des foules qui venaient à lui, MAIS il prenait TOUJOURS le temps de prier. En d’autres termes, la prière était une HABITUDE pour Jésus-Christ, comme une priorité principale, malgré un emploi du temps très chargé. De fait, cela montre l’importance de la prière. Cette importance est tellement puissante, que même Jésus-Christ, le Fils de Dieu, consacrait certaines parties de son temps à cette activité et cela même lorsqu’il était occupé par ailleurs. Entre autres, cela indique que notre aptitude à prier n’est pas une question de temps mais de priorité. Jésus-Christ avait le temps de prier parce qu’IL EN AVAIT DÉCIDÉ ainsi. Chacun de nous d’une manière ou d’une autre attribuons notre temps à diverses activités. La question n’est donc pas de savoir si nous avons un temps à attribuer ou pas, puisque pour chacun de nous comme pour Jésus, la journée a le même nombre d’heures, c.-à-d. 24 heures. Non, la question est quelle importance la prière a-t-elle dans notre journée? Est-ce que la prière est notre principale priorité ou vient-elle après que l’on ait terminé d’autres activités telles que le travail, l’école, le jardinage, la télévision, le sommeil, etc.? L’exemple de Jésus ainsi que les passages de la Parole de Dieu se référant à la prière, nous invitent donc à faire de la prière UNE PRIORITÉ PRINCIPALE DANS NOS VIES. De fait, plutôt que d’attribuer du temps pour un bon nombre d’activités et puis ensuite, s’il reste du temps, le dévouer à la prière ; il vaut mieux EN PREMIER attribuer un temps pour la prière et puis ensuite, organiser son temps pour les autres activités.

2. Marc 1:35

Un autre passage très instructif dans lequel nous voyons Jésus prier est dans Marc 1:35. Une fois encore, il est très important de prendre en considération le contexte dans lequel ce passage se situe. Ainsi, en commençant au verset 21, nous apprenons que Jésus a enseigné dans la synagogue de Capernaum où il chassa également un esprit impur (versets 23 à 27). Par conséquent, «sa renommée se répandit aussitôt dans tous les lieux environnants de la Galilée» (verset 28). À sa sortie de la synagogue, il se rendit à la maison de Simon et André où il guérit la belle-mère de Simon (versets 30 à 31). Enfin:

Marc 1:32-34
"S'étant approché, il la fit lever en lui prenant la main, et à l'instant la fièvre la quitta. Puis elle les servit. Le soir, après le coucher du soleil, on lui amena tous les malades et les démoniaques. Et toute la ville était rassemblée devant sa porte. Il guérit beaucoup de gens qui avaient diverses maladies; il chassa aussi beaucoup de démons, et il ne permettait pas aux démons de parler, parce qu'ils le connaissaient."

Comme dans le passage précédent, nous avons ici la description d’une journée très chargée pour Jésus. Par ailleurs, puisqu’il allait être en Galilée le jour suivant et en considérant que sa réputation allait grandissante dans toute la région, nous ne pouvons qu’imaginer une journée également chargée, sinon plus chargée. C’est exactement ce qui se passa, les versets 36 et 37 nous en parlent:

Marc 1:36-37
"Simon et ceux qui étaient avec lui se mirent à sa recherche; et, quand ils l'eurent trouvé, ils lui dirent: TOUS TE CHERCHENT."

Tout le monde le cherchait. Cela veut dire que cette journée qui venait à peine de commencer, allait être tellement occupée. Honnêtement, ayant eu une journée très dure et sachant que la journée suivante serait tout aussi chargée, combien d’entre nous seraient prêts à se lever plus tôt pour prier? Et si quelqu’un le faisait, cela ne voudrait-il pas dire que cette prière est considérée comme extrêmement importante? Ne serait-ce pas le signe d’une principale priorité dans sa vie? Bien, allons voir un homme qui en a fait sa principale priorité. Qui est-il? Jésus-Christ:

Marc 1:35
"Vers le matin, pendant qu'il faisait encore très sombre, il se leva, et sortit pour aller dans un lieu désert, où il PRIA."

Jésus savait que sa journée allait être très occupée, ce qui allait lui laisser très peu de temps pour prier. Qu’a-t’il fait? Il s’est levé PLUS TÔT pour prier. N’est-ce pas là un merveilleux commencement? N’est-ce pas une des plus belles façons de commencer sa journée, même si elle s’annonce chargée? Plutôt que de commencer votre journée avec les tracas, pressions et obligations, vous pouvez discuter tous ces problèmes avec votre Père, et puis, au fil de la journée, vous aurez le plaisir de voir Sa puissance exaucer vos prières en arrangeant ces tracas et problèmes de la journée pour vous. Mais pour aboutir à cette fin, il vous faut croire en la Parole de Dieu sur l’importance de la prière et en ce que Dieu peut exaucer de cette manière, si cela implique de se lever le matin pour prier. Jésus ne s’est pas levé parce qu’il lui est simplement arrivé de se lever. Au contraire, IL était décidé à se lever parce qu’IL reconnaissait l’importance et la priorité de la prière dans sa vie. À nouveau, ce n’est pas une question de temps mais de priorité.

3. Matthieu 14:23

Un autre témoignage de Jésus zélé dans la prière est donné dans le quatorzième chapitre de Matthieu. À nouveau, il est important de situer le contexte. Cette fois-ci, non seulement la journée était chargée pour Jésus mais elle avait commencé bien tristement puisque c’était ce jour-même que Jean-Baptiste fut pendu (voir versets 1 à 11 pour sa décapitation):

Matthieu 14:12
"Les disciples de Jean vinrent prendre son corps, et l'ensevelirent. Et ils allèrent l'annoncer à Jésus."

Avant d’aller plus loin, comment vous sentiriez-vous si vous appreniez que votre cousin, qui s’est toujours tenu diligemment à vos côtés, avait été tué dans des circonstances si horribles? Je soupçonne que vous seriez extrêmement triste et vous auriez besoin d’être seul pendant un moment. C’est ce que Jésus désira également:

Matthieu 14:13
"A cette nouvelle, Jésus partit de là dans une barque, pour se retirer à l'écart dans un lieu désert"

Son retrait vers un lieu désert et privé n’était pas prévu puisque c’est arrivé «QUAND Jésus apprit la nouvelle». Bien évidemment, Jésus voulait avoir un instant de recueillement à la suite de la mauvaise nouvelle. Cependant, il n’y est pas resté longtemps. Un peu plus tard, il s’est éloigné de son lieu désert et a vu la foule qui l’attendait. Quand il vit la foule, «il fut ému de compassion pour elle et il guérit les malades» (verset 14). En fait, non seulement guérit-il les malades mais il les nourrit miraculeusement (versets 15 à 21). Puis, le verset 22, nous raconte ce qui s’est passé après le repas:

Matthieu 14:22
"Aussitôt après, il OBLIGEA les disciples à monter dans la barque et à passer avant lui de l'autre côté, pendant qu'il renverrait la foule."

Le mot «aussitôt» est lié aux repas donnés à la foule et signifie qu’après que la foule de gens ait pris le repas, Jésus obligea ses disciples à monter dans la barque. Voyez le mot «obligea». Le mot correspond à la forme passée du verbe grec «anagkazo» qui est utilisé 9 fois dans le Nouveau Testament2 et qui signifie «forcer/obliger quelqu’un à faire quelque chose bien qu’il ne le veuille pas». Par conséquent, d’après le passage ci-dessus, Jésus obligea ses disciples à monter dans la barque. Probablement qu’ils ne le souhaitaient pas. Mais il n’a pas discuté. Il les a forcés. Puis, il a renvoyé la foule. La question que nous pouvons nous poser maintenant est la suivante: Pourquoi força-t-il les disciples à partir? Quelles furent ses intentions après avoir renvoyé la foule? La réponse est au verset 23:

Matthieu 14:23
"Quand il l'eut renvoyée, il monta sur la montagne, POUR PRIER à l'écart; et, comme le soir était venu, il était là seul."

La raison pour laquelle il ne permit pas aux disciples de rester mais les obligea à monter dans la barque est qu’il souhaitait être seul et PRIER. Voyez-vous comme la prière est essentielle pour Jésus-Christ. Il était prêt à se lever très tôt le matin, à s’éloigner de la foule, à obliger à ses disciples à partir, tout cela afin de prier. N’est-ce pas le signe d’une priorité PRINCIPALE dans sa vie? C’en est très sûrement le cas. Puissions-nous évaluer ces témoignages et croire la Parole sur l’importance de la prière afin d’en faire également une priorité principale dans nos vies.

4. Luc 6:12-13

Un autre témoignage de Jésus zélé dans la prière se trouve dans Luc 6. Cette fois, l’attention n’est pas portée sur le fait qu’il ait pris le temps de prier mais sur le contenu de sa prière. Bien que le sujet ne soit pas explicite dans le passage en question, il peut être déduit d’après le contexte:

Luc 6:12-13
"En ce temps-là, Jésus se rendit sur la montagne pour prier, ET IL PASSA TOUTE LA NUIT À PRIER DIEU. Quand le jour parut, il appela ses disciples, et il en choisit douze, auxquels il donna le nom d'apôtres"

Il pria TOUTE LA NUIT. Bien que la Bible ne témoigne pas du contenu de sa prière, elle rend compte que ce matin-là fut celui d’une des décisions les plus importantes de son ministère: celle du choix des douze. Par conséquent, il est probable que le sujet central de sa prière ce soir-là fut à propos de la décision. La question qui en découle maintenant: Si Jésus avait besoin de prier avant de prendre des décisions et faire des choix, ne pensez-vous pas que nous en ayons également besoin? Honnêtement, pourquoi devrions-NOUS prendre des décisions en utilisant notre cerveau et nos cinq sens alors que DIEU est là et que nous pouvons Lui demander de nous guider pour nous instruire du meilleur choix? Il sait quel est le bon choix, Il est prêt à nous montrer ce choix, et Il en a les moyens, Son Esprit en nous, pour le déclarer. La question, par conséquent, n’est pas si Dieu est capable de nous aider ou non, car Il l’est. La vraie question est la suivante: Allons-NOUS Le prendre pour Conseiller et nous approcher de Lui en prière pour Lui demander conseils? Cela est aussi valable pour les services que nous rendons à Dieu. Nous n’avons pas besoin de nous demander comment servir Dieu et quoi faire pour Lui. Nous n’avons pas besoin de nous tracasser à prendre des décisions qui LE concernent. Il est le seul responsable à nous dire quoi faire et comment le faire. Quelques unes de ces choses sont mentionnées dans la Bible. Donc, la Bible vous dit d’aimer, de prier, d’étudier la Parole comme un ouvrier qualifié pour être approuvé de Dieu, etc. Ainsi, vous n’avez pas besoin qu’Il vienne en personne vous dire de prier: Il vous l’a déjà confirmé dans Sa Parole. De même, vous n’avez pas besoin que Dieu vienne personnellement vous demander d’aimer: Il vous l’a déjà dit dans Sa Parole. Cependant, vous avez besoin de Son instruction personnelle si, par exemple, vous pensez avoir besoin d’aller quelque part pour effectuer un travail pour Lui. Dans un tel cas, afin de prendre une décision, priez et voyez ce que Dieu veut pour vous. Peut-être, qu’il vous guidera ailleurs. Peut-être, qu’il vous incitera à faire quelque chose d’autre. C’est SON affaire, n’est-ce pas?

5. Matthieu 26:36-44

Par la suite, nous continuons avec un autre exemple donné dans le fameux passage de Matthieu 26:36-44, un passage détaillant les événements peu avant l’arrestation de Jésus-Christ qui résultera en sa crucifixion. Nous commençons par la lecture du verset 36:

Matthieu 26:36-38
"Là-dessus, Jésus alla avec eux [les disciples, à l’exception de Judas] dans un lieu appelé Gethsémané, et il dit aux disciples: Asseyez-vous ici, pendant que je m'éloignerai POUR PRIER. Il prit avec lui Pierre et les deux fils de Zébédée, et il commença à éprouver de la tristesse et des angoisses. Il leur dit alors: Mon âme est triste jusqu'à la mort; restez ici, et veillez avec moi."

La raison pour laquelle Jésus-Christ apparaît aussi affligé et bouleversé, est qu’il savait ce qui allait arriver. C’était vraiment une période très difficile pour lui et à la fois un point crucial pour nous puisque le plan de notre salut était basé sur son propre sacrifice et sa résurrection. Mais comment décida-t-il d’affronter cette crise? Les versets qui suivent nous guident vers cette réponse:

Matthieu 26:39-44
"Puis, ayant fait quelques pas en avant, il se jeta sur sa face, ET PRIA ainsi: Mon Père, s'il est possible, que cette coupe s'éloigne de moi! TOUTEFOIS, NON PAS CE QUE JE VEUX, MAIS CE QUE TU VEUX. Et il vint vers les disciples, qu'il trouva endormis, et il dit à Pierre: Vous n'avez donc pu veiller une heure avec moi! Veillez et priez, afin que vous ne tombiez pas dans la tentation; l'esprit es bien disposé, mais la chair est faible. Il s'éloigna une seconde fois, et pria ainsi: Mon Père, s'il n'est pas possible que cette coupe s'éloigne sans que je la boive, QUE TA VOLONTÉ SOIT FAITE! Il revint, et les trouva encore endormis; car leurs yeux étaient appesantis. Il les quitta, et, s'éloignant, il pria pour la troisième fois, répétant les mêmes paroles."

Il demanda au Père s’il y avait un autre moyen qu’il puisse accomplir le salut de l’homme sans avoir à passer par cette dure épreuve. Il pria à ce sujet. En fait, il pria à trois reprises. C’est instructif de porter attention à son attitude dans la prière. Comme nous pouvons le constater, il exprima son désir à Dieu («Que cette coupe s’éloigne de moi») MAIS tout en même temps, il demanda que la volonté de Dieu soit faite («TOUTEFOIS, non pas ce que je veux, mais ce que TU veux»). C’est très important puisque bien des fois, nous pensons que parce que nous demandons quelque chose à Dieu, Il est obligé de nous le donner. Non seulement ça, nous demandons qu’Il exauce notre prière quand NOUS le souhaitons. Dieu est obligé de faire ce que nous Lui demandons seulement quand ce que nous demandons est en accord avec Sa volonté. Dès lors, il y a un certain nombre de témoignages spécifiques dans la Bible qui nous montrent si oui ou non quelque chose correspond à Sa volonté ou pas. Par exemple, un tel exemple inclut la guérison. La Parole de Dieu contient bien de passages (bien qu’un suffise à lui-même en vue de l’établissement de Sa volonté) à ce sujet qu’il est plus qu’évident que la guérison est la volonté de Dieu3. Nous pouvons donc revendiquer la guérison comme déjà nôtre. Nous pouvons prier en ayant confiance dans cette promesse de Dieu. Nous pouvons être sûrs à 100% que si nous tombions malades et priions Dieu et que nous ayons confiance en Ses promesses, Dieu nous guérirait. Nous le savons parce que la Parole le garantit4.

D’un autre côté, il y a d’autres choses qui ne sont pas directement liées à une promesse respective et spécifique dans la Bible, et elles dépendent de la nature de chaque personne. Prenons l’exemple où je voudrais acquérir une certaine voiture. La Bible ne contient pas une promesse qui me dise si c’est la volonté de Dieu ou pas d’avoir cette voiture. Est-il donc juste pour moi de revendiquer cette voiture comme mienne? Sûrement pas, à moins que Dieu m’ait spécifiquement dit qu’elle allait l’être. Est-ce que l’on peut prier Dieu et Lui faire partager un souhait? Oui, oui, tout à fait!!! Est-il juste de Lui demander de me montrer si c’est bien pour moi d’avoir cette voiture? Oui, oui, tout à fait!!! Devrais-je faire confiance à Sa Parole qui me dit que SA VOLONTÉ est «bonne, agréable et parfaite» (Romains 12:2) et «qu’Il prend soin de nous» (II Pierre 2:7) et par conséquent, dois-je soumettre mes souhaits à Sa volonté, quelle qu’elle soit? Oui, oui, tout à fait!!! C’est ce que Jésus fit. Ce qu’Il demanda n’était pas la volonté de Dieu et donc, ne pouvait pas s’accomplir. Mais voyez-vous, malgré le souhait «que cette coupe s’éloigne de moi», il avait UN SOUHAIT BIEN PLUS GRAND: que la volonté de Dieu soit faite. Il dit «Toutefois, non pas ce que Je veux mais ce que TU veux». N’est-ce pas là encore une fois très instructif? Cela ne nous interpelle-t-il pas pour que, mis à part nos souhaits les plus variés que nous amenons dans nos prières, nous puissions aussi avoir UN SOUHAIT BIEN PLUS GRAND de voir que la volonté «bonne, agréable et parfaite» de Dieu soit faite? Oui, oui, tout à fait!!!

Revenons à l’exemple de Jésus-Christ, malgré que ce qu’Il demanda ne puisse pas s’accomplir, cela ne signifie pas que Dieu n’a pas honoré Sa prière. L’Evangile de Luc ajoute plus de détails:

Luc 22:41-43
"Puis il s'éloigna d'eux à la distance d'environ un jet de pierre, et, s'étant mis à genoux, il pria, disant: Père, si tu voulais éloigner de moi cette coupe! Toutefois, que ma volonté ne se fasse pas, mais la tienne. Alors un ange lui apparut du ciel, pour le FORTIFIER."

Dieu envoya un ange et lui donna la force d’accomplir son PLUS GRAND souhait: la volonté de Dieu. Parfois, nous découvrons que nos souhaits personnels ne sont pas en accord avec la volonté «bonne, agréable et parfaite» de Dieu. Si notre PLUS GRAND souhait est de satisfaire la volonté de Dieu, à ce moment-là, Dieu nous donnera la force de la faire. Dans le cas de Jésus-Christ, le regain de force qu’Il reçut à la suite de sa prière est montré dans le témoignage de son arrestation:

Jean 18:3-11
"Judas donc, ayant pris la cohorte, et des huissiers qu'envoyèrent les principaux sacrificateurs et les pharisiens, vint là avec des lanternes, des flambeaux et des armes. Jésus, sachant tout ce qui devait lui arriver, s'avança, et leur dit: Qui cherchez-vous? Ils lui répondirent: Jésus de Nazareth. Jésus leur dit: C'est moi. Et Judas, qui le livrait, était avec eux. Lorsque Jésus leur eut dit: C'est moi, ils reculèrent et tombèrent par terre. Il leur demanda de nouveau: Qui cherchez-vous? Et ils dirent: Jésus de Nazareth. Jésus répondit: Je vous ai dit que c'est moi. Si donc c'est moi que vous cherchez, laissez aller ceux-ci. Il dit cela, afin que s'accomplît la parole qu'il avait dite: Je n'ai perdu aucun de ceux que tu m'as donnés. Simon Pierre, qui avait une épée, la tira, frappa le serviteur du souverain sacrificateur, et lui coupa l'oreille droite. Ce serviteur s'appelait Malchus. Jésus dit à Pierre: Remets ton épée dans le fourreau. NE BOIRAI-JE PAS LA COUPE QUE MON PÈRE M’A DONNÉE À BOIRE?"

Le dernier verset montre que la crise prit fin. Bien que sa volonté fût différente, son PLUS GRAND souhait fut de satisfaire la volonté de Dieu. Donc, Il soumit sa volonté à la volonté de Dieu de la même façon que vous et moi devrions faire. Mais pour ce faire, il pria et fut fortifié. A part ce témoignage, cette force est montrée à travers sa réaction vis-à-vis de ceux qui sont venus L’arrêter. Ainsi, bien qu’il se soit dirigé vers le jardin, extrêmement bouleversé et affligé5 sa réaction témoigne d’une grande hardiesse. Car cela demande une hardiesse spéciale que d’ aller affronter des gens que vous savez venir contre vous pour aller vous torturer par la suite. Un couard aurait probablement essayé de s’échapper dans ce genre de situation. Il aurait jeté la responsabilité qui était sienne sur les autres. Mais Jésus n’eut pas peur. Au lieu de se cacher derrière d’autres personnes, il avança et demanda qui ces hommes cherchaient. Et qui plus est, il prit soin de la sécurité de ses disciples. Par ailleurs, il eut l’amour et la douceur d’esprit de guérir l’oreille d’un serviteur dont Pierre avait tranché l’oreille (Luc 22:51). Si tout cela ne montre pas un homme pleinement revigoré, alors, qu’en est-il? Mais comment cette force lui est-elle venue? Comment a-t-il surmonté cette crise? PAR LA PRIÈRE.

6. Conclusion

De tout ce qui précède, et bien qu’il y ait plus de témoignages que vous pouvez étudier par vous-même, il est évident que la prière fut très importante dans la vie de Jésus-Christ, un moment qu’il a su conserver avec grand soin. Pour l’amour de la prière, Il était prêt à se lever de très bonne heure le matin, à obliger ses disciples à partir et à se retirer de la foule. Par la prière, Il prenait des décisions et Il surmontait des situations bien difficiles. Contrairement à l’idée générale de «prier quand on n’en a le temps», IL TROUVAIT DU TEMPS pour la prière. Plutôt que d’adhérer à l’idée moderniste qui veut qu’on «choisisse ce qu’ON pense être le meilleur choix et qu’on fasse ce qu’ON veut», il a prié pour voir ce que DIEU pensait être le mieux à faire et fit ce que DIEU voulait. Pour conclure, citons Philippiens 4:6-7 et faisons-en notre mode de pensée:

"Ne vous inquiétez de rien; mais EN TOUTE CHOSE faites connaître vos besoins à Dieu par des prières et des supplications, avec des actions de grâces. Et la paix de Dieu, qui surpasse toute intelligence, gardera vos cœurs et vos pensées en Jésus Christ."

Anastasios Kioulachoglou

Français: Christine Bodart (Christian-translation.com)



Notes de bas de page

1. Voir aussi: I Corinthiens 14:14-15, Ephésiens 6:18, Philippiens 4:6, Colossiens 4:12, I Timothée 2:1, Jean 5:13, 16-18 en y ajoutant les passages des Évangiles et de l’Ancien Testament.

2. Traduit à quatre reprises «contraindre» et à cinq reprises, «obliger».

3. Voir Exode 15:26, Psaumes 103:3, Jean 8:29, III Jean 2 et bien d’autres passages qui montrent la puissance du message de Dieu à ce sujet.

4. Cependant, la Parole ne précise ni comment ni quand Dieu le fera. C’est Sa tâche de décider quand et comment. Il peut même avoir recours aux médicaments. Nous ne savons pas le quand et le comment. Ce que nous savons c’est qu’Il le fera certainement, à 100% lorsque nous Lui faisons confiance et prions.

5. Le mot grec qui est utilisé dans le passage correspondant de l’Évangile de Marc (Marc 14:33) est le verbe «ekthabeomai» qui est utilisé à quatre reprises et qui est traduit ; deux fois comme «être étonné» et deux fois comme «être effrayé».