Vérités Bibliques
Abonnez-vous

Téléchargez gratuitement la version PDF de l'étude optimisé pour votre lecteur électronique / ordinateur de bureau / Smartphone: Livres électroniques gratuit. Edition PDF

Galates 5:2-4 «Séparé du Christ»



Dans l'épître aux Galates, Paul traite la question de la loi et la grâce et le fait que nous sommes sauvés par la grâce, par la faveur imméritée de Dieu, sans les œuvres de la loi. La raison pour laquelle Il le disait c'était parce que certains enseignaient les Galates qu'ils devaient garder la loi et qu'ils devaient même être circoncis. Comme nous le disions précédemment, il existe, en gros, deux versions de faux enseignants: l'un mène les gens en erreur en pervertissant efficacement la grâce de Dieu en un permis pour l'immoralité (Jude 1:4) et l'autre les égarent par légalisme, c'est-à-dire, en imposant le respect de la loi de Moïse (sabbat, la circoncision, la dîme, les cérémonies etc.) et aux choses que Dieu n'a jamais destiné pour les croyants. Les Galates étaient les victimes du deuxième type des faux enseignants. Paul a abordé la question en précisant que cet écart de la véritable Evangile signifierait:

Galates 5:2-4
“Voici, moi Paul, je vous dis que si vous êtes circoncis, Christ ne vous profitera de rien; et je proteste de nouveau à tout homme circoncis, qu'il est tenu d'accomplir toute la loi. Vous vous êtes séparés de tout le bénéfice qu'il y a dans le Christ, vous tous qui vous justifiez par la loi; vous êtes déchus de la grâce”.

Vous ne pouvez pas être séparé de quelque chose si vous n'en faisiez pas partie. Ces personnes étaient de vrais croyants, un avec Christ. Cependant, cela changerait s'ils recherchaient la justification par la loi. Dans ce cas, ils seraient séparés de Christ et seraient déchus de la grâce. Par conséquent, il est en effet possible d'être séparé du Christ et de tomber en disgrâce, c'est-à-dire, pour être avec Lui aujourd'hui, mais de ne plus être avec Lui à l'avenir, de nous séparé de Lui, en - dans le cas des Galates - suivant une doctrine perverse. Notez également qu'ils seront déchus de la grâce. Ce n’est pas que la grâce allait les chassés mais au contraire eux-mêmes allaient être déchus de la gloire. Par conséquent, la grâce nous retient aussi longtemps que nous voulons qu'elle nous retienne. Mais si quelqu'un le voulait, il pourrait en être déchu.

De plus, comme Paul témoigne d'eux quelques versets plus loin:

Galates 5:7
Vous couriez bien, qui est-ce qui vous a arrêtés pur que vous n'obéissiez pas à la vérité”?

Remarquez qu'il utilise le passé: vous couriez bien. Mais c'est plus le cas. Ils ont été empêchés par quelqu'un, surement en les enseignants à observer la loi et être circoncis. Et comme résultat, ils n'étaient plus en train de courir. Au contraire, ils étaient sur le point d'être égarés. Par conséquent, il est possible de bien courir mais de s'arrêter de bien courir et même être égaré, c'est-à-dire, être déchu du bon chemin ainsi que la course de la foi tout ensemble.

Maintenant, la question à se poser est la suivante: si quelqu'un est séparé de Christ et par conséquent est déchu de la grâce, peut-il encore être sauvé? Je crois que la réponse est claire dans Ephésiens 2:8 et Jean 15. Selon Ephésiens, le salut est par la grâce par la foi. Si ces Galates étaient déchus de la grâce, alors ils ne tomberaient plus dans le cas d'Ephésiens 2:8. De plus, selon Jean 15:6:

“Si quelqu'un ne demeure pas en moi, il est jeté dehors comme le sarment, et il sèche; et on les amasse, et on les met au feu, et ils brûlent”.

Quiconque ne demeure pas en Christ, quiconque est séparé de Lui, la fin décrite dans le passage ci-dessus lui est réservé. Il nous parle également de ce qui arrivera dans le cas des Galates qui se seront séparés de Christ.

Pour faire un résumé, oui il est possible qu'un croyant, parce qu'il a suivit une déception, soit séparé du Christ. Et comme le cas des Galates, cela peut arriver lorsque quelqu'un remplace l'œuvre de Christ par la loi et cherche à atteindre la justice à travers elle.

Malheureusement, certains abusent les Galates pour aller à l'autre extrémité en disant que Dieu se soucis seulement de notre foi mais les œuvres n'ont vraiment pas d'importance, comme si la foi et les œuvres peuvent exister de manière séparé. Mais ce n’est pas vraiment le cas. Comme Luther l'a bien dit:

"C’est impossible de séparer la foi des œuvres de même qu'on ne peut séparer la chaleur et la lumière du feu1".

C'est vrai. Il n'y a pas de salut, mais seulement par la foi et il n'existe pas de vraie foi sans les fruits respectif, les œuvres qui devraient normalement l'accompagner. La "foi" infructueuse ne sauve pas, pas nécessairement parce que les fruits nous sauverons et c'est absent. En contraste, ça ne peut pas nous sauvé parce que la foi infructueuse n'est pas la vraie foi. C'est morte comme Jacques l'a dit (Jacques 2:26) et une telle foi ne sauve pas. Le message que véhicule ce livre n'est pas le salut par les œuvres. Un tel salut n'existe pas. Ce qui existe c'est le salut par la foi, une foi qui doit être préservée jusqu'à la fin et qui devrait - et qui le sera si nous restons unis avec Christ - être fructueuse. En effet, je vais résumer le message de ce livre dans le passage de Galates 5:6 que nous avons vu plus tôt:

“Car, dans le Christ Jésus, ni circoncision, ni incirconcision, n'ont de valeur, mais la foi opérante par l’amour”.

La foi, l'amour et les œuvres. Tous les trois vont ensemble et je ne pense pas qu'ils peuvent être isolés des autres.



Notes de bas de page

1. Luther: Une Introduction a L'épître du St. Paul aux Romains.

Section suivante: 2 Timothée 2:11-13: «si nous le renions, lui aussi nous reniera»

Auteur: Anastasios Kioulachoglou