Vérités Bibliques
Abonnez-vous

David et Goliath (PDF) Edition PDF

David et Goliath



Après avoir discuté concernant l’onction de David, nous allons maintenant progresser vers sa première apparition en public. Il est parlé de cela dans I Samuel 17, où, en commençant à partir du verset 1, nous lisons:

I Samuel 17:1-10
"Les Philistins réunirent leurs armées pour faire la guerre, et ils se rassemblèrent à Soco, qui appartient à Juda; ils campèrent entre Soco et Azéka, à Éphès Dammim. Saül et les hommes d'Israël se rassemblèrent aussi; ils campèrent dans la vallée des térébinthes, et ils se mirent en ordre de bataille contre les Philistins. Les Philistins étaient vers la montagne d'un côté, et Israël était vers la montagne de l'autre côté: la vallée les séparait. Un homme sortit alors du camp des Philistins et s'avança entre les deux armées. Il se nommait Goliath, il était de Gath, et il avait une taille de six coudées et un empan. Sur sa tête était un casque d'airain, et il portait une cuirasse à écailles du poids de cinq mille sicles d'airain. Il avait aux jambes une armure d'airain, et un javelot d'airain entre les épaules. Le bois de sa lance était comme une ensouple de tisserand, et la lance pesait six cents sicles de fer. Celui qui portait son bouclier marchait devant lui. Le Philistin s'arrêta; et, s'adressant aux troupes d'Israël rangées en bataille, il leur cria: Pourquoi sortez-vous pour vous ranger en bataille? Ne suis-je pas le Philistin, et n'êtes-vous pas des esclaves de Saül? Choisissez un homme qui descende contre moi! S'il peut me battre et qu'il me tue, nous vous serons assujettis; mais si je l'emporte sur lui et que je le tue, vous nous serez assujettis et vous nous servirez. Le Philistin dit encore: Je jette en ce jour un défi à l'armée d'Israël! Donnez-moi un homme, et nous nous battrons ensemble."

Bien qu’Israël eusse maintes fois à livrer bataille dans le passé avec les philistins, ceci semblait être un cas tout différent. La raison en est qu’au lieu d’une bataille ordinaire, les philistins avaient amené Goliath, un homme lourdement armé avec des capacités physiques hors du commun pour des mortels, qui faisaient peur à Israël, et il demandait à ce dernier de produire d’entre leurs rangs un homme qui pouvait l’affronter. La réaction d’Israël à cette proposition est donnée au verset 11:

I Samuel 17:11
"Saül et tout Israël entendirent ces paroles du philistin, et ils furent effrayés et saisis d’une grande crainte"

Pour appréhender toute la portée de cette réaction à partir de ce que Dieu a promis dans Sa Parole pour des cas similaires, comparons cela avec Lévitiques 26:3, 7-8 et Josué 23:9-11. Nous y lisons donc:

Lévitiques 26:3, 7-8
"Si vous suivez Mes lois, si vous gardez Mes commandements et les mettez en pratique, alors........vous poursuivrez vos ennemis, et ils tomberont devant vous par l’épée. Cinq d’entre vous en poursuivront cent, et cent d’entre vous en poursuivrons dix mille"

Aussi Josué 23:9-11 nous dit:
"L’Eternel a chassé devant vous des nations grandes et puissantes, et personne, jusqu’à ce jour, n’a pu vous résister. Un seul d’entre vous en poursuivait mille; car l’Eternel, votre Dieu, combattait pour vous, comme Il vous l’a dit. Veillez donc attentivement sur vos âmes, afin d’aimer l’Eternel, votre Dieu."

La promesse de Dieu disait que s’ils marchaient avec Lui, un seul homme d’entre eux serait capable d’en poursuivre cent, et cent d’en poursuivre dix mille dans la bataille". Pourtant, ce que nous voyons ici est exactement le contraire: un seul philistin défiant tout Israël au combat! Heureusement, l’histoire ne s’arrête pas là:

I Samuel 17:12, 16-23
"Or David était fils de cet Ephratien de Bethléem de Juda, nommé Isaï, qui avait huit fils. ....... Le Philistin s'avançait matin et soir, et il se présenta pendant quarante jours. Isaï dit à David, son fils: Prends pour tes frères cet épha de grain rôti et ces dix pains, et cours au camp vers tes frères; porte aussi ces dix fromages au chef de leur millier. Tu verras si tes frères se portent bien, et tu m'en donneras des nouvelles sûres. Ils sont avec Saül et tous les hommes d'Israël dans la vallée des térébinthes, faisant la guerre aux Philistins. David se leva de bon matin. Il laissa les brebis à un gardien, prit sa charge, et partit, comme Isaï le lui avait ordonné. Lorsqu'il arriva au camp, l'armée était en marche pour se ranger en bataille et poussait des cris de guerre. Israël et les Philistins se formèrent en bataille, armée contre armée. David remit les objets qu'il portait entre les mains du gardien des bagages, et courut vers les rangs de l'armée. Aussitôt arrivé, il demanda à ses frères comment ils se portaient. Tandis qu'il parlait avec eux, voici, le Philistin de Gath, nommé Goliath, s'avança entre les deux armées, hors des rangs des Philistins. Il tint les mêmes discours que précédemment, ET DAVID LES ENTENDIT."

David venait d’arriver sur le champ de bataille, pour voir ses frères. Là, pendant qu’il s’entretenait avec eux, il vit Goliath défier Israël une fois de plus. Tous les deux, lui et le peuple d’Israël entendirent ce que Goliath dit. Pourtant, ils n’y répondirent pas de la même manière. Le verset 24 nous dit:

I Samuel 17:24
"A la vue de cet homme, tous ceux d’Israël s’enfuirent devant lui et furent saisi d’une grande crainte."

Comme on peut le constater, le peuple a continué à réagir de la même manière qu’il l’a fait depuis quarante jours , c’est à dire sous l’étreinte de la peur. Néanmoins, cela n’était pas vrai pour David. Dans les versets 25 à 26 nous lisons:

I Samuel 17:25-26
"Chacun disait: Avez-vous vu s'avancer cet homme? C'est pour jeter à Israël un défi qu'il s'est avancé! Si quelqu'un le tue, le roi le comblera de richesses, il lui donnera sa fille, et il affranchira la maison de son père en Israël. David dit aux hommes qui se trouvaient près de lui: Que fera-t-on à celui qui tuera ce Philistin, et qui ôtera l'opprobre de dessus Israël? Qui est donc ce Philistin, cet incirconcis, pour insulter l'armée du Dieu vivant? Le peuple, répétant les mêmes choses, lui dit: C’est ainsi que l’on fera à celui qui le tuera."

David et le peuple ont tous les deux vu et entendu les mêmes choses. Cependant, leur réponse face à cela était tout à fait différente. Ainsi, alors que le peuple regardait le problème et l’évaluait en fonction de ce qu’ils voyaient et entendaient, David regardait la Parole de Dieu et évaluait le problème EN FONCTION DE CETTE PAROLE. Par conséquent, tandis que le peuple se demandait "qui sommes-nous en comparaison de Goliath?", David, lui, demandait: "qui est Goliath en face de Dieu?". Ce n’est donc pas ce que nous voyons mais comment nous évaluons ce que nous voyons. Evaluons-nous les choses comme Israël, c.-à-d. en utilisant les cinq sens, l’apparente réalité, ou les évaluons-nous comme David c.-à-d. en utilisant la Parole de Dieu, la vérité, comme mesure?

Les déclarations de David firent une si forte impression dans le peuple qu’elles furent reportées à Saül, qui fit venir David:

I Samuel 17:31-37
"Lorsqu'on eut entendu les paroles prononcées par David, on les répéta devant Saül, qui le fit chercher. David dit à Saül: Que personne ne se décourage à cause de ce Philistin! Ton serviteur ira se battre avec lui. Saül dit à David: Tu ne peux pas aller te battre avec ce Philistin, car tu es un enfant, et il est un homme de guerre dès sa jeunesse. David dit à Saül: Ton serviteur faisait paître les brebis de son père. Et quand un lion ou un ours venait en enlever une du troupeau, je courais après lui, je le frappais, et j'arrachais la brebis de sa gueule. S'il se dressait contre moi, je le saisissais par la gorge, je le frappais, et je le tuais. C'est ainsi que ton serviteur a terrassé le lion et l'ours, et il en sera du Philistin, de cet incirconcis, comme de l'un d'eux, car il a insulté l'armée du Dieu vivant. David dit encore: L'ÉTERNEL, qui m'a délivré de la griffe du lion et de la patte de l'ours, ME DÉLIVRERA AUSSI DE LA MAIN DE CE PHILISTIN. Et Saül dit à David: Va, et que l'Éternel soit avec toi!"

Comme on peut le voir, entre David et Saül il y avait la même divergence de vues que celle qui existait entre David et le peuple. Ainsi, pour Saül, David n’était pas capable de se battre avec Goliath. La raison? Les faits physiques: David n’était qu’un gamin, un berger. Comment pouvait-il avoir la chance de se battre avec un guerrier si expérimenté et si lourdement armé comme Goliath?

De l’autre côté, David non seulement croyait qu’il était capable de combattre contre Goliath, mais il était également certain qu’il allait le battre. La raison? La puissance de Dieu et les promesses de Sa Parole. Comment Goliath pouvait-il en effet avoir une chance contre la puissance de Dieu?

En conséquence, David et Saül avaient tous les deux des raisons de croire ce qu’ils croyaient. Le premier se fondait sur des raisons spirituelles tandis que ce dernier était fondé sur des raisons physiques. Le premier comptait sur des faits surnaturels (les promesses de la Parole de Dieu), tandis que ce dernier comptait sur des faits physiques (armes, taille, expérience). Le premier était plein de courage tandis que ce dernier tremblotait de peur. Qui de ces deux choisit de croire la bonne source d’informations? Cela est évident à partir des versets qui suivent:

I Samuel 17:40-51
"Il prit en main son bâton, choisit dans le torrent cinq pierres polies, et les mit dans sa gibecière de berger et dans sa poche. Puis, sa fronde à la main, il s'avança contre le Philistin. Le Philistin s'approcha peu à peu de David, et l'homme qui portait son bouclier marchait devant lui. Le Philistin regarda, et lorsqu'il aperçut David, il le méprisa, ne voyant en lui qu'un enfant, blond et d'une belle figure. Le Philistin dit à David: Suis-je un chien, pour que tu viennes à moi avec des bâtons? Et, après l'avoir maudit par ses dieux, il ajouta: Viens vers moi, et je donnerai ta chair aux oiseaux du ciel et aux bêtes des champs. David dit au Philistin: Tu marches contre moi avec l'épée, la lance et le javelot; et moi, je marche contre toi au nom de l'Éternel des armées, du Dieu de l'armée d'Israël, que tu as insultée. Aujourd'hui l'Éternel te livrera entre mes mains, je t'abattrai et je te couperai la tête; aujourd'hui je donnerai les cadavres du camp des Philistins aux oiseaux du ciel et aux animaux de la terre. Et toute la terre saura qu'Israël a un Dieu. Et toute cette multitude saura que ce n'est ni par l'épée ni par la lance que l'Éternel sauve. Car la victoire appartient à l'Éternel. Et il vous livre entre nos mains. Aussitôt que le Philistin se mit en mouvement pour marcher au-devant de David, David courut sur le champ de bataille à la rencontre du Philistin. Il mit la main dans sa gibecière, y prit une pierre, et la lança avec sa fronde; il frappa le Philistin au front, et la pierre s'enfonça dans le front du Philistin, qui tomba le visage contre terre. Ainsi, avec une fronde et une pierre, David fut plus fort que le Philistin; il le terrassa et lui ôta la vie, sans avoir d'épée à la main. Il courut, s'arrêta près du Philistin, se saisit de son épée qu’il tira du fourreau, le tua et lui coupa la tête. Les philistins voyant que leur héros était mort, prirent la fuite."

Goliath, le philistin qui avait fait trembler tout Israël pendant quarante jours, a été terrassé par un jeune garçon qui n’avait pour toute arme physique qu’ ..... une fronde et cinq pierres lisses. Néanmoins, David n’alla pas à cette bataille en plaçant sa confiance sur des armes physiques. Selon qu’il le dit à son adversaire au verset 45: "TU marches contre moi avec l'épée, la lance et le javelot (des armes physiques); ET moi, je marche contre toi AU NOM DE L’ETERNEL DES ARMÉES". Oui, Goliath était lourdement armé. Oui, il était très fort. Mais alors quoi? Etait-il plus fort que L’ETERNEL DES ARMÉES? Etait-il plus puissant que LUI? Je ne le crois pas. La question donc n’est pas si oui ou non nous avons les moyens physiques de faire face à une situation, mais c’est plutôt si oui ou non nous avons confiance dans LA Puissance, L’Arme, qui est appelée L’ETERNEL DES ARMÉES. L’Arme est là qui nous attend. Elle était là pour Israël pendant tous ces jours où ils tremblotaient de peur. Pourtant, eux, au lieu de placer confiance en elle, cherchaient le salut par "l’épée et la lance", et quand ils ne pouvaient pas l’avoir, ils étaient terrifiés. Comme nous le dit Proverbes 18:10:

"Le Nom de l’Eternel EST UNE TOUR FORTE; le juste s’y réfugie, et se trouve en sûreté."

Le Seigneur est notre Ville forte. Il n’y a qu’en Lui que se trouve la vraie sécurité. Libre à nous d’aller à Lui comme le fit David, ou de chercher ailleurs une autre espèce de sécurité, comme Israël le fit. Selon que le dit Jérémie 9:23-24:

"Ainsi parle l'Éternel: Que le sage ne se glorifie pas de sa sagesse, Que le fort ne se glorifie pas de sa force, Que le riche ne se glorifie pas de sa richesse. Mais que celui qui veut se glorifier se glorifie D'avoir de l'intelligence et de me connaître, De savoir que je suis l'Éternel, Qui exerce la bonté, le droit et la justice sur la terre; Car c'est à cela que je prends plaisir, dit l'Éternel."

Anastasios Kioulachoglou

Français: Christine Bodart (Christian-translation.com)