Vérités Bibliques
Abonnez-vous

Convoitises, tentation et péché (PDF) Edition PDF

Convoitises, tentation et péché



Convoitises, tentation et péché Comme le titre l’indique, le sujet traite de la tentation et de la manière dont elle peut affecter - si elle réussit son coup - notre communion avec Dieu. Nous n'allons pas tout couvrir sur le thème de la tentation, car ceci excéderait la portée d'un article. En revanche, nous allons nous concentrer sur le passage bien connu de Jacques 1:14-15, en étayant ce qui y est dit par quatre exemples de la Parole.

1. Le tentateur

Étant donné que nous parlons de la tentation, il serait utile de présenter, en premier lieu, le principal acteur, à juste titre appelé "le tentateur." Ainsi, en allant à Matthieu 4:3, nous lisons:

Matthieu 4:3
"LE TENTATEUR, s’étant approché, lui [à Jésus], dit: Si tu es le Fils de Dieu, ordonne que ces pierres deviennent des pains"

Ce qui est rapporté dans le passage précité correspond aux tentations auxquelles Jésus a été confronté dans le désert. L'auteur de la tentation était le diable qui, pour cette raison, est appelé "le tentateur." Ce titre lui est également attribué en Thessaloniciens 3:5, où il est dit:

I Thessaloniciens 3:5
"Ainsi, dans mon [Paul] impatience, j’envoyai m’informer de votre foi, dans la crainte que LE TENTATEUR NE VOUS EÛT TENTÉS, et que nous n’eussions travaillé en vain"

L'œuvre du tentateur est de tenter, de tester, dans le but de faire tomber celui qui est tenté. Bien sûr, celui qui fait cela est le diable.

2. Jacques 1:14-15

Après avoir présenté le tentateur, concentrons-nous sur le passage principal de notre article, c.-à-d. Jacques 1:14-15. Là nous lisons:

Jacques 1:14-15
"Mais chacun est tenté quand il est attiré et amorcé par sa propre convoitise. Puis la convoitise, lorsqu’elle a conçu, enfante le péché; et le péché, étant consommé, produit la mort"

Concernant le mot "convoitises", c'est le pluriel du nom grec "epithumia" qui apparaît 38 fois dans le Nouveau Testament (VRJ) et qui est traduit 32 fois par "convoitise", 3 fois par "concupiscence" et 3 fois par "désir." Mises à part les trois fois où il est traduit par "désir", il est utilisé avec la signification d'une convoitise de la chair, une convoitise du vieil homme, un désir coupable, par conséquent, un désir qui est contraire à Dieu et à Sa volonté. Le fait que les convoitises de la chair ne sont pas du tout agréables à Dieu apparaît de manière évidente en Romains 8:5-8, où nous lisons:

Romains 8:5-8
"Ceux, en effet, qui vivent selon la chair [la vieille nature], s’affectionnent aux choses de la chair, tandis que ceux qui vivent selon l’Esprit [la nouvelle nature] s’affectionnent aux choses de l’Esprit. Et l’affection de la chair est LA MORT, tandis que l’affection de l’Esprit, c’est la vie et la paix; Car l’affection de la chair est inimitié contre Dieu, parce qu’elle ne se soumet pas à la loi de Dieu, et qu’elle ne le peut même pas."

L'esprit charnel qui est inimitié contre Dieu bien évidemment inclut les désirs de la vieille nature aussi. C'est à de tels désirs que Jacques 1:14-15 fait allusion. Il ne fait pas référence aux désirs de l’homme nouveau, car ces désirs sont très agréables à Dieu et ne peuvent pas conduire à la tentation.

A présent, concernant l'expression «mais chacun est tenté quand il est attiré et amorcé par sa propre convoitise», cela ne veut pas dire qu'une tentation est uniquement issue des désirs de la vieille nature ; cela ne veut pas dire non plus que chaque fois que quelqu'un est tenté, il sera automatiquement attiré pour tomber finalement dans le péché. Une telle interprétation du passage précité ne peut être correcte car cela est évident par le fait que Jésus-Christ «A ETE TENTE COMME NOUS EN TOUTES CHOSES, SANS COMMETTRE DE PECHE» (Hébreux 4:15). Jésus a-t-Il été tenté pour avoir été attiré par la convoitise de la chair? S'Il avait été attiré, Il aurait péché. Mais Il n’a pas été attiré, et Il n’a pas péché, malgré le fait qu’il a été tenté EN TOUTES CHOSES. Par conséquent, ce que Jacques 1:14-15 nous dit ne se rapporte pas tant au fait de savoir comment une tentation est conçue, mais plutôt comment elle atteint son but (le péché). La tentation est toujours (implicitement ou explicitement) une œuvre du tentateur, le diable, et elle atteindra son but (le péché), si nous sommes attirés et amorcés par les convoitises du vieil homme, pour aller après elles, les accomplir, et pécher.

Peut-être qu’une meilleure compréhension de ce que nous venons de voir pourrait être obtenue en considérant quelques exemples de la Bible. Ensuite, nous allons examiner quatre exemples y relatifs, en commençant par I Timothée 6:9.

2.1 I Timothée 6:9

Là, il est dit:

I Timothée 6:9
"Mais ceux qui VEULENT s’enrichir tombent dans la tentation, et le piège, et dans beaucoup de désirs [epithumies] insensés et pernicieux qui plongent les hommes dans la ruine et la perdition. Car l’amour de l’argent est la racine de tous les maux; et quelques-uns, en étant possédés, se sont égarés loin de la foi, et se sont jetés eux-mêmes dans bien des tourments"

Nous avons vu que la tentation atteint son but (le péché), lorsqu’on est attiré et amorcé par les convoitises de la vieille nature. Ainsi que nous pouvons l’observer, une telle convoitise est aussi la convoitise de devenir riche, qui d'après le passage précité, conduit à la tentation, à d'autres convoitises dangereuses, et finalement à la destruction. Nous pouvons conclure, par conséquent, que la convoitise de la richesse N'EST PAS la volonté de Dieu, mais la volonté de la CHAIR1.

Cela ne veut pas dire, évidemment, que Dieu ne désire pas que nous amassions des trésors. Cependant, les trésors qu’Il désire que nous amassions ne sont pas ceux de la terre mais ceux qui sont au CIEL. Ainsi que nous le dit Jésus-Christ dans:

Matthieu 6:19-21, 24-25
"NE vous amassez PAS des trésors sur la terre, où la teigne et la rouille détruisent, et où les voleurs percent et dérobent; MAIS AMASSEZ-VOUS des trésors dans le ciel, où la teigne et la rouille ne détruisent point, et où les voleurs ne percent ni ne dérobent. CAR LÀ OÙ EST TON TRÉSOR, LÀ AUSSI SERA TON CŒUR.....Nul ne peut servir deux maîtres. Car, ou il haïra l’un, et aimera l’autre; ou il s’attachera à l’un, et méprisera l’autre. VOUS NE POUVEZ SERVIR DIEU ET MAMON [c’est un mot de l’araméen qui signifie "richesse"]"

Il est impossible de servir à la fois Dieu et les richesses. Vous choisirez soit de servir les richesses, auquel cas vous allez vous demander un jour ce qui est arrivé à la Parole qui semblait si douce autrefois à votre cœur (Matthieu 13:22), soit de servir Dieu, auquel cas vos besoins seront couverts à profusion (Philippiens 4:19, Matthieu 6:25-34) et un grand trésor éternel qui vous attendra au Ciel.

2.2. Ève et le serpent

Un autre exemple où nous voyons le diable tromper et séduire afin de faire faire à celui qui est tenté des choses contraires à la volonté de Dieu, se trouve en Genèse 3. En Genèse 2, Dieu avait donné ce commandement à l'homme: «L’Éternel Dieu donna cet ordre à l’homme: Tu pourras manger de tous les arbres du jardin; mais tu ne mangeras pas de l’arbre de la connaissance du bien et du mal, car le jour où tu en mangeras, tu mourras.» (Genèse 2:16-17). Par conséquent, Adam et Eve savaient que ce n'était pas la volonté de Dieu de manger de l'arbre de la connaissance du bien et du mal. Mais, Genèse 3:1-5 nous dit:

"Le serpent était le plus rusé de tous les animaux des champs, que l'Éternel Dieu avait faits. Il dit à la femme: Dieu a-t-il réellement dit: Vous ne mangerez pas de tous les arbres du jardin? La femme répondit au serpent: Nous mangeons du fruit des arbres du jardin. Mais quant au fruit de l'arbre qui est au milieu du jardin, Dieu a dit: Vous n'en mangerez point et vous n'y toucherez point, de peur que vous ne mouriez. Alors le serpent dit à la femme: Vous ne mourrez point; mais Dieu sait que, le jour où vous en mangerez, vos yeux s'ouvriront, et que vous serez comme des dieux, connaissant le bien et le mal."

La tentation est toujours une œuvre du diable, «le tentateur», et ici nous le voyons très doué dans sa profession. Ainsi, il commence par lancer le défi au moyen d’une question. Ensuite, en voyant la réaction de la femme, il fait un pas de plus vers un désaccord total avec la Parole de Dieu, en promettant à Eve que s’ils mangent, ils deviendront comme des dieux, connaissant le bien et le mal. Mais, naturellement, il cherchait à la séduire. Ainsi que nous dit II Corinthiens 11:3:

"le serpent SÉDUISIT Ève par sa ruse"

Aussi I Timothée 2:14 dit:
"la femme qui, SÉDUITE, S’EST RENDUE COUPABLE DE TRANSGRESSION"

En comparant les tentations du Seigneur Jésus-Christ rapportées en Matthieu 4:1-11 avec la tentation d’Eve, nous pouvons voir que dans les deux cas, le diable a cherché premièrement à les séduire. En fait, lorsque par exemple, il promettait à Jésus: “ Je te donnerai toutes ces choses [tous les royaumes du monde et leur gloire (Matthieu 4:8)] si tu te prosternes et m’adores ” (Matthieu 4:9), il cherchait de toute évidence à Le séduire2. Toutefois, il ÉCHOUA pitoyablement. Ainsi que Matthieu 4:10 nous le dévoile concernant cette tentation:

Matthieu 4:10
"Jésus lui dit: Retire-toi, Satan! Car IL EST ÉCRIT: Tu adoreras le Seigneur, ton Dieu, et tu le serviras Lui seul."

Jésus ne FUT pas séduit. Si cela avait été le cas, Il aurait marché contre la volonté de Dieu (telle qu’exprimée dans "il est écrit" du passage précité), et Il aurait péché. Mais comme la Parole le déclare: Il «a été tenté comme nous en toutes choses, SANS COMMETTRE DE PECHE» (Hébreux 4:15). Jésus ne s'est pas laissé tromper mais Il s’est IDENTIFIÉ à la Parole de Dieu. Par conséquent, le diable, voyant que ses tentatives étaient vaines, se retira (Matthieu 4:11). Eve, au contraire, étant attirée et séduite par l'adversaire, NÉGLIGEA la Parole de Dieu et...

Genèse 3:6
"La femme VIT que l’arbre était bon à manger et AGRÉABLE À LA VUE, et qu’il était PRÉCIEUX pour ouvrir l’intelligence; elle prit de son fruit, et en mangea; elle en donna aussi à son mari, qui était auprès d’elle, et il en mangea"

Sous la stimulation du diable, la femme négligeant la Parole de Dieu, fut détournée en obéissant à ses sens3 et, en conséquence, elle (et son mari) pécha et mourut4.

2.3 Le dénombrement de David

Un autre exemple où nous voyons le diable pousser quelqu'un à agir contrairement à la volonté de Dieu, se trouve en I Chroniques 21. En commençant au verset premier, nous pouvons lire:

I Chroniques 21:1-4
"Satan se leva contre Israël, et il excita David à faire le dénombrement d’Israël. Et David dit à Joab et aux chefs du peuple: "Allez, faites le dénombrement d’Israël, depuis Beer Schéba jusqu’à Dan, et rapportez-le-moi, afin que je sache à combien il s’élève. Joab répondit: "Que l’Éternel rende Son peuple cent fois plus nombreux! O roi mon seigneur, ne sont-ils pas tous serviteurs de mon seigneur? Mais pourquoi mon seigneur DEMANDE-t-il cela? (II Samuel 24:3)? POURQUOI FAIRE AINSI PÉCHER ISRAËL?"

Les règles concernant le dénombrement sont rapportées dans Exode 30:11-16. Il est dit au verset 12:

Exode 30:12
"Lorsque tu compteras les enfants d’Israël pour en faire le dénombrement, chacun d’eux paiera à l’Éternel le rachat de sa personne, AFIN QU’ILS NE SOIENT FRAPPÉS D’AUCUNE PLAIE LORS DE CE DÉNOMBREMENT"

Evidemment donc, si un dénombrement n'avait pas été effectué d'après les règles d'Exode 30, un fléau frapperait Israël, ce qui eut exactement lieu dans notre cas ici. En effet, II Samuel 24:15 nous dit:

II Samuel 24:15
"L’ÉTERNEL ENVOYA LA PESTE EN ISRAËL...."

Le fait même qu'un fléau ait frappé Israël à cause du dénombrement prouve que David n'avait pas suivi les règles appropriées d’Exode 30. À l'instar d’Eve, il connaissait la Parole de Dieu, MAIS IL LA NÉGLIGEA5. Il ne nous est pas dit précisément comment Satan a fait pour l'inciter à agir contrairement à la volonté divine, mais il nous est dit clairement que ce fut LUI qui l'a incité à agir ainsi, en rendant le péché (un dénombrement effectué en négligeant les règles de la Loi) (II Samuel 24:3) DÉSIRABLE À ses yeux. L'effet de l'acte de David aux yeux de Dieu est rapporté au verset 7:

I Chroniques 21:7
"CET ORDRE DÉPLUT À DIEU;"

Dieu est en effet satisfait lorsque nous accomplissons Sa volonté, et réellement offensé lorsque nous ne faisons pas ce qu'Il veut. L'œuvre du tentateur est de nous séduire afin de nous amener à négliger la Parole de Dieu, et à faire des choses qui, n'étant pas la volonté de Dieu, sont des péchés. Comme David l’a déclaré, en confessant son péché:

I Chroniques 21:8
"Et David dit à Dieu: J’ai commis un grand péché en faisant cela! Maintenant, daigne pardonner l’iniquité de ton serviteur, car j’ai complètement agi en insensé"

Toutes les fois que nous péchons, nous sommes séduits et nous agissons de manière «insensée», bien que nous ne puissions pas du coup nous en rendre compte.

2.4 David et Bathshéba

Pour finir, le dernier exemple qui sera examiné ici se trouve dans II Samuel 11-12 et fait de nouveau référence à David. Là, en commençant au verset premier, nous pouvons lire:

II Samuel 11:1
"L'année suivante, au temps où les rois se mettaient en campagne, David envoya Joab, avec ses serviteurs et tout Israël, pour détruire les fils d'Ammon et pour assiéger Rabba. MAIS David resta à Jérusalem."

Mise à part l'information historique qui nous est livrée dans ce verset, la Parole souligne le contraste (voir ce "MAIS" qui est là) entre le fait que c’était «le temps où les rois se mettaient en campagne» et l’attitude de David qui resta..... à la maison. Ce n'était certainement pas quelque chose d'habituel pour un homme aussi audacieux et courageux que David. Néanmoins, poursuivons.

II Samuel 11:2-3
"Un soir, David se leva de sa couche; et, comme il se promenait sur le toit de la maison royale, il aperçut de là une femme qui se baignait, et qui était très belle de figure. David fit demander qui était cette femme, et on lui dit: N'est-ce pas Bathshéba, fille d'Éliam, femme d'Urie, le Héthien?"

David a vu une femme très belle qui lui plaisait et il s'est renseigné à son sujet. D'après les informations qui lui étaient parvenues, il savait que cette femme était mariée à Urie, le Héthien. On s’attendrait évidemment à ce que David, sachant cela, n’ait même pas songé à l'approcher car il était bien conscient que, d'après la Loi (Lévitique 20:10 et Deutéronome 22:22), c'était un péché dont le châtiment était la mort. Eh bien.... malheureusement, David n'a pas réagi comme on aurait pu s'y attendre. II Samuel 11:4 nous dit:

"Et [APRÈS avoir été informé que Bathshéba était mariée à Urie] David envoya des gens pour la chercher. Elle vint vers lui, et il coucha avec elle. Après s'être purifiée de sa souillure, elle retourna dans sa maison. Cette femme devint enceinte, et elle fit dire à David: Je suis enceinte."

Dans le verset 1, David est resté à la maison au lieu de faire ce qui était habituel pour un roi: mener son peuple à la bataille. Au verset 2, il s'est levé de son lit pour aller prendre l'air au moment même où Bathshéba prenait un bain. Dans le verset 3, il s'est renseigné au sujet de cette femme et il a appris qu'elle était mariée. Jusque là rien ne pouvait indiquer que quelque chose n’allait pas bien avec lui, mais à partir du verset 4, tout a montré qu’il y avait certainement quelque chose d’anormal avec lui, car il a couché avec une femme mariée qu'il a, de surcroît, engrossée. À partir de là, un péché en a appelé un autre. Les versets 6 à 12 nous en parlent:

II Samuel 11:6-12
"Alors David expédia cet ordre à Joab: Envoie-moi Urie, le Héthien. Et Joab envoya Urie à David. Urie se rendit auprès de David, qui l'interrogea sur l'état de Joab, sur l'état du peuple, et sur l'état de la guerre. Puis David dit à Urie: Descends dans ta maison, et lave tes pieds. Urie sortit de la maison royale, et il fut suivi d'un présent du roi. Mais Urie se coucha à la porte de la maison royale, avec tous les serviteurs de son maître, et il ne descendit point dans sa maison. On en informa David, et on lui dit: Urie n'est pas descendu dans sa maison. Et David dit à Urie: N'arrives-tu pas de voyage? Pourquoi n'es-tu pas descendu dans ta maison? Urie répondit à David: L'arche et Israël et Juda habitent sous des tentes, mon seigneur Joab et les serviteurs de mon seigneur campent en rase campagne, et moi j'entrerais dans ma maison pour manger et boire et pour coucher avec ma femme! Aussi vrai que tu es vivant et que ton âme est vivante, je ne ferai point cela. David dit à Urie: Reste ici encore aujourd'hui, et demain je te renverrai. Et Urie resta à Jérusalem ce jour-là et le lendemain."

La "solution" de David au problème qu'il avait lui-même créé, fut d’envoyer Urie chez lui, afin qu'il couche avec sa femme et soit rendu responsable de sa grossesse! Mais Urie n'a pas coopéré. Il ne pouvait pas supporter l'idée d’imaginer l'arche de Dieu en dehors de son camp et ses compagnons d’armes à la bataille tandis qu’il dormirait dans sa maison auprès de sa femme. Ce n'est pas par hasard que la Parole de Dieu le classe parmi l’un des trente sept "vaillants hommes de David" (II Samuel 23:8, 39). Urie était certainement un fidèle soldat de David, bien que David ne lui ait pas été fidèle.

N'ayant pas réussi à séduire Urie, David est allé encore plus loin. Les versets 13 à 15 nous le disent:

II Samuel 11:13-15
"David l'invita à manger et à boire en sa présence, et il l'enivra; et le soir, Urie sortit pour se mettre sur sa couche, avec les serviteurs de son maître, mais il ne descendit point dans sa maison. Le lendemain matin, David écrivit une lettre à Joab, et l'envoya par la main d'Urie. Il écrivit dans cette lettre: Placez Urie au plus fort du combat, et retirez-vous de lui, afin qu'il soit frappé et qu'il meure."

C'est vraiment difficile de croire qu'un homme qui a été inspiré par Dieu (II Pierre 1:21) pour écrire une partie considérable de Sa Parole, et auquel la Parole fait référence des centaines de fois, ait également pu écrire une lettre aussi détestable qu'il a envoyée par les mains de sa victime-même! Cependant, rappelons-nous que ce que nous lisons ici ne sont pas des actes de David en qualité d’homme de Dieu. David NE marchait PLUS avec Dieu lorsqu'il a commis ces actes. Il n'était plus en communion avec Lui, du moins depuis le moment où il a couché avec Bathshéba. Mais continuons d’aller de l’avant:

II Samuel 11:16-17, 26-27
"Joab, en assiégeant la ville, plaça Urie à l'endroit qu'il savait défendu par de vaillants soldats. Les hommes de la ville firent une sortie et se battirent contre Joab; plusieurs tombèrent parmi le peuple, parmi les serviteurs de David, et Urie, le Héthien, fut aussi tué......... La femme d'Urie apprit que son mari était mort, et elle pleura son mari. Quand le deuil fut passé, David l'envoya chercher et la recueillit dans sa maison. Elle devint sa femme, et lui enfanta un fils. Ce que David avait fait déplut à l'Éternel."

David a finalement réussi sa combine et a fait tuer Urie. Il aurait pu s'attendre à ce qu'il n’y ait plus aucun problème car, à part quelques personnes, qui savait ce qui s'était passé? Mais l'histoire ne s'arrête pas là. Même si presque personne n'était au courant de ce qui s'était passé, DIEU LE SAVAIT. Voyons donc ce qu'Il a fait:

II Samuel 11:27, 12:1-12
"CE QUE DAVID AVAIT FAIT DÉPLUT À L’ÉTERNEL. L'Éternel envoya Nathan vers David. Et Nathan vint à lui, et lui dit: Il y avait dans une ville deux hommes, l'un riche et l'autre pauvre. Le riche avait des brebis et des bœufs en très grand nombre. Le pauvre n'avait rien du tout qu'une petite brebis, qu'il avait achetée; il la nourrissait, et elle grandissait chez lui avec ses enfants; elle mangeait de son pain, buvait dans sa coupe, dormait sur son sein, et il la regardait comme sa fille. Un voyageur arriva chez l'homme riche. Et le riche n'a pas voulu toucher à ses brebis ou à ses bœufs, pour préparer un repas au voyageur qui était venu chez lui; il a pris la brebis du pauvre, et l'a apprêtée pour l'homme qui était venu chez lui. La colère de David s'enflamma violemment contre cet homme, et il dit à Nathan: L'Éternel est vivant! L'homme qui a fait cela mérite la mort. Et il rendra quatre brebis, pour avoir commis cette action et pour avoir été sans pitié. Et Nathan dit à David: TU ES CET HOMME-LÀ! Ainsi parle l'Éternel, le Dieu d'Israël: Je t'ai oint pour roi sur Israël, et je t'ai délivré de la main de Saül; je t'ai mis en possession de la maison de ton maître, j'ai placé dans ton sein les femmes de ton maître, et je t'ai donné la maison d'Israël et de Juda. Et si cela eût été peu, j'y aurais encore ajouté. POURQUOI DONC AS-TU MÉPRISÉ LA PAROLE DE L'ÉTERNEL, en faisant ce qui est mal à ses yeux? Tu as frappé de l'épée Urie, le Héthien; tu as pris sa femme pour en faire ta femme, et lui, tu l'as tué par l'épée des fils d'Ammon. Maintenant, l'épée ne s'éloignera jamais de ta maison, parce que TU M’AS MÉPRISÉ, et parce que tu as pris la femme d'Urie, le Héthien, pour en faire ta femme. Ainsi parle l'Éternel: Voici, je vais faire sortir de ta maison le malheur contre toi, et je vais prendre sous tes yeux tes propres femmes pour les donner à un autre, qui couchera avec elles à la vue de ce soleil. Car tu as agi en secret; et moi, je ferai cela en présence de tout Israël et à la face du soleil. Alors David dit à Nathan, "J’AI PECHE CONTRE l’ETERNEL."

David, MÉPRISA LE COMMANDEMENT, LA PAROLE DU SEIGNEUR, comme il l'avait aussi fait avec le dénombrement et comme Ève l’a également fait avec l'arbre de la connaissance du bien et du mal (et contrairement à Christ qui NE LE FIT PAS, bien qu'il fût tenté EN TOUTES CHOSES). Quel en était le résultat? Le péché et l’iniquité. Toutefois, quand il a été repris, il a regretté et a confessé son péché. Voyons si le Seigneur l'a pardonné ou pas et ce qui advint avec la peine de mort de la Loi. Le verset 13 nous dit ce qui suit:

II Samuel 12:13
"Et Nathan dit à David: L’ÉTERNEL PARDONNE TON PÉCHÉ, TU NE MOURRAS POINT."

Le Seigneur a PARDONNÉ le péché de David DÈS QU'IL L'EÛT CONFESSÉ. Sa confession le sauva aussi de la peine de mort. L'expression "tu NE mourras POINT", fait évidemment référence à la peine de mort dans la Loi. Cela n'a pas été fait exceptionnellement pour David. En réalité, Dieu n’a jamais désiré la mort d'un pécheur mais sa repentance. Ainsi que nous le voyons dans Ezéchiel 33:11:

Ezéchiel 33:11
"Dis-leur: je suis vivant! dit le Seigneur, l’Éternel, CE QUE JE DÉSIRE, CE N’EST PAS QUE LE MÉCHANT MEURE, C’EST QU’IL CHANGE DE CONDUITE ET QU’IL VIVE."

Ce que Dieu désire, c'est la VIE et la communion avec Lui. C'est pourquoi Il a immédiatement pardonné à David, comme Il nous pardonne aussi immédiatement, quand nous Lui confessons nos péchés.

3. Conclusion

Nous conclurons en disant:

i) Le diable, le tentateur, est celui qui est l’auteur de la tentation.

ii) Nous succombons à la tentation lorsque nous sommes séduits par l'adversaire (explicitement ou implicitement) pour aller après des choses qui sont contraires à la volonté divine, telle qu’elle est déclarée dans la Bible ou par révélation. Le résultat est toujours le péché. Ève a négligé ce que Dieu lui avait dit concernant l'arbre de la connaissance du bien et du mal. Quel en fut le résultat? Le péché. David a négligé ce que la Parole de Dieu a dit au sujet du dénombrement. Quel en fut le résultat? Le péché. Il a aussi négligé ce que Dieu avait dit au sujet de l'adultère. Quel en fut le résultat? Encore le péché. En revanche, Jésus-Christ HONORA LA PAROLE DE DIEU. Il ne la négligea jamais, mais Il l'utilisait pour faire face aux tentations du diable. Résultat? «Il a été tenté comme nous en toutes choses, SANS COMMETTRE DE PECHE.» En d'autres termes, recherchons et connaissons la volonté de Dieu, la Parole de Dieu, et plantons-la profondément dans nos cœurs. Gardons précieusement ce dépôt et ne le négligeons pas, et le diable ne réussira pas à nous en détourner et la tentation ne parviendra pas à produire le résultat qu'elle souhaite, c.-à-d. le péché.

iii) S'il nous arrive maintenant de tomber et de pécher, nous avons besoin de confesser notre péché à Dieu qui, en retour, nous pardonnera immédiatement. Ainsi que Jean 1:9, 2:1-2 le déclare:

I Jean 1:9, 2:1-2
"Si nous confessons nos péchés, il est fidèle et juste pour nous pardonner et pour nous purifier de toute iniquité.... Mes petits enfants, je vous écris ces choses, afin que vous ne péchiez point. Et si quelqu'un a péché, nous avons un avocat auprès du Père, Jésus Christ le juste. Il est lui-même une victime expiatoire pour nos péchés, non seulement pour les nôtres, mais aussi pour ceux du monde entier."

Dès que nous confessons à Dieu nos péchés, IL NOUS PARDONNE. Nous l'avons vu avec David. Il a fait beaucoup de mal. Il a même tué Urie, l’un de ses plus fidèles soldats. Cependant, dès qu'il eut confessé son péché, «le Seigneur lui pardonna». Le fait de succomber à la tentation signifie qu’on a péché et le péché ne demande rien d’autre que le pardon: confessez donc votre péché à Dieu, pardonnez-vous à vous-même également et à ceux qui y auraient probablement joué un rôle quelconque, demandez le pardon à ceux que vous auriez probablement blessés, apprenez toutes les leçons que vous pouvez ET ALLEZ DE L'AVANT.

Le problème des convoitises [epithumies] de la chair n'est pas résolu en considérant la chair et ce qui a été fait. En revanche, il est résolu en regardant à Dieu et en utilisant au maximum tout ce qu'Il nous a donné à travers la nouvelle naissance. Ainsi que nous le dit Galates 5:16-18:

"Je dis donc: MARCHEZ SELON L’ESPRIT [la nouvelle nature] ET [comme résultante] VOUS N’ACCOMPLIREZ PAS LES DÉSIRS [epithumies] DE LA CHAIR [la vieille nature]. Car la chair a des désirs [epithumo (la forme verbale de epithumia)] contraires à ceux de l’Esprit, et l’Esprit en a de contraires à ceux de la chair; ils sont opposés entre eux, afin que vous ne fassiez point ce que vous voudriez."

La vieille nature et la nouvelle nature sont opposées l'une à l'autre et ce passage nous indique comment nous pourrons éviter d’accomplir les convoitises de la vieille nature qui conduisent à la tentation et au péché. La voie est simple: MARCHEZ SELON L’ESPRIT [la nouvelle nature] (c.-à-d. revêtez-vous de l’homme NOUVEAU et que tout votre cœur soit porté sur lui et sur tout ce que Dieu vous a donné à la nouvelle naissance), " ET " [comme résultante] VOUS N’ACCOMPLIREZ PAS LES DÉSIRS DE LA CHAIR (par conséquent le diable ne réussira pas, malgré qu’il continuera d’essayer, à vous détourner pour succomber au péché et pour détruire votre communion avec Dieu)."

Anastasios Kioulachoglou

Français: Christine Bodart (Christian-translation.com)



Notes de bas de page

1. Quant aux biens matériels qui devraient faire l’objet de notre contentement, I Timothée 6:6-8 nous dit: "Car nous n’avons rien apporté dans le monde, et il est évident que nous n’en pouvons rien emporter; si donc NOUS AVONS LA NOURRITURE ET LE VÊTEMENT, CELA NOUS SUFFIRA".

2. c.-à-d. de le détourner de la vérité, "il est écrit".

3. C’est ce qui explique l’usage des phrases telles que: "elle vit", "il était agréable à la vue", "il était désirable".

4. Concernant cette mort, voyez: Corps, âme et esprit.

5. Bien qu’il fût averti par Joab (I Chroniques 21:4).