Vérités Bibliques
Abonnez-vous

Attaque dans Ziglag:  Les leçons tirées de la réaction de David (PDF) Edition PDF

Attaque dans Tsiklag: Les leçons tirées de la réaction de David



Nous allons principalement étudier aujourd'hui le 30e chapitre de 1 Samuel. Comme introduction, David et ses hommes, afin d'éviter la persécution de Saul, quérirent Achish, le roi de Philistines, qui les accepta et leur donna la ville de Tsiklag. Dans le 29e chapitre de 1 Samuel, les philistins rassemblent leurs armées dans Jesreel pour combattre Israël. Ce fut ce combat qui coûta la vie de Saul et Jonathan. Afin d'éviter tout conflit avec David et ses hommes, les Philistins leur refusèrent de faire partie intégrante de leur armée et les renvoyèrent à Tsiklag. 1 Samuel 30:1-6 nous apprend ce qu'ils trouvèrent en ce lieu:

1 Samuel 30:1-6
«Lorsque David arriva le troisième jour à Tsiklag avec ses gens, les Amalécites avaient fait une invasion dans le midi et à Tsiklag. Ils avaient détruit et brûlé Tsiklag, après avoir fait prisonniers les femmes et tous ceux qui s’y trouvaient, petits et grands. Ils n’avaient tué personne, mais ils avaient tout emmené et s’étaient remis en route. David et ses gens arrivèrent à la ville, et voici, elle était brûlée; et leurs femmes, leurs fils et leurs filles, étaient emmenés captifs. Alors David et le peuple qui était avec lui élevèrent la voix et pleurèrent jusqu’à ce qu’ils n’aient plus la force de pleurer. Les deux femmes de David avaient été emmenées, Achinoam de Jizreel, et Abigaïl de Carmel, femme de Nabal. David fut dans une grande angoisse, car le peuple parlait de le lapider, parce que tous avaient de l’amertume dans l’âme, chacun à cause de ses fils et de ses filles. Mais David reprit courage en s’appuyant sur l’Éternel, son Dieu.»

La plupart d'entre nous pouvons être liés à la situation décrite dans 1 Samuel. Nous n'habitons pas à Tsiklag, ni ne vivons à l'époque de Saul et de David. Mais nous pouvons avoir quelque chose en commun avec David et ses hommes: l'ennemi qui peut avoir envahi notre territoire au moment où ne sommes pas là ou nous «dormons», et il peut nous avoir volé des objets qui nous sont précieux. Quels que soient ces éléments, ce vol peut finalement entraîner la déception, la perte de l'espérance et l'orientation, de la vision et de l'enthousiasme. Frères, croyez-moi: si le diable ne nous vole pas notre espoir et notre enthousiasme, IL EST VAINCU. Il ne se destine pas simplement à tout vous voler. Son but ultime est de vous voler ces valeurs, votre CŒUR. Le dessein du diable vise ces éléments, car il sait que seuls les cœurs porteurs d'espoirs sont des cœurs vivants. Notre problème ne vient pas du fait que nous n'avons pas vu Dieu. Nous l'avons vu, mais nous avons également vu le diable. Le problème est que nous avons espéré que notre Tsiklag (quoi que cela puisse être) ne nous serait jamais volé. Nous avons espéré que Dieu nous protégerait en quelque sorte de toute destruction. Mais il peut en être tout autre. Des événements peuvent survenir dans nos vies que nous n'attendions pas et nous découvrons soudain que des mauvaises choses peuvent également atteindre de bonnes personnes. Les «cités» constituées de bonnes personnes peuvent être envahies par l'ennemi de nos âmes. Pour faire face à ses flèches, la plupart d'entre nous ont choisi d'anesthésier nos cœurs afin qu'il ne puisse plus ressentir la douleur et nous portons ce que nous appelons «la voie de la foi». Il peut s'agir d'une route remplie de services et d'œuvres, SANS toutefois posséder l'enthousiasme et la chaleur des relations que nous avions l'habitude d'avoir avec Dieu. Pour la plupart, nous nous sentons en accord avec cette situation et nous dénions admettre qu'il existe des choses qui ont été perdues et qui doit être récupérées. La plupart se trouvent bien de simplement survivre, sans espoir et sans rêves, au lieu de poursuivre de nouveau la relation vivante qu'ils ont eue auparavant avec le Seigneur. J'ai découvert que Dieu peut nous délaisser à cette étape jusqu'à ce que nous décidions que nous voulons changer. Jusqu'à ce nous ne soyons plus longtemps compromis par la défaite ou que nous acceptons et cachons la perte, mais que nous prenons la décision de poursuivre et de récupérer tout ce qui nous a été volé. Et laissez-moi vous rappeler que ce qui a été volé est principalement l'espoir, l'enthousiasme et le cœur. Une fois que nous avons pris la décision, Dieu devient également immédiatement très proche de nous. Il est toujours proche. Il n'est PAS la variable, mais nous le sommes. Le message aujourd'hui ne porte pas sur le fait qu'il n'y aura pas de vol. Je ne me destine pas à vous donner étapes qui vous garantiront que le diable ne vous touchera jamais. Je ne les ai pas! Tant qu'il existe un vol, il y aura des spoliations! MAIS nous pouvons le surpasser. Le message aujourd'hui porte que l'attaque pour récupérer tout ce que l'ennemi nous a volé: l'enthousiasme, la foi, l'espérance, la joie et autres. Nous pouvons pleurer tant que nous voulons. Nous pouvons dire que notre vie est rude. Et elle l'est! Toutefois, comme David et ses hommes le firent, nous devons prendre une décision: soit nous pleurerons pour nos pertes, cachant probablement notre frustration par l'anesthésie, l'apathie et l'activité religieuse, soit nous refuserons le compromis, nous encouragerons dans le Seigneur, comme David le fit, et nous nous dresserons pour tout récupérer. Il s'agit d'une décision véritablement critique, une décision qui concerne la vie spirituelle ou la mort. Que nous vivions spirituellement blessés ou comme des héros immatériels. Ce que je souhaite exprimer de manière emphatique est que si vous êtes blessé, votre blessure ne se guérira pas par l'acceptation de la défaite, de la perte, de l'oubli de la fraternité vivante que vous aviez avec Dieu, avec l'idée incorrecte «qu'il est impossible d'aller aussi loin de nouveau.» Les blessures se soignent seulement si vous arrêtez de pleurer et que vous teniez ferme pour tout retrouver, revenir au moins où vous aviez l'habitude d'être! Dieu n'a pas changé, mon frère. Il est exactement le même que celui que vous avez rencontré la première fois. Nous pouvons être blessés, mais nous ne trouverons pas la guérison dans la résignation. Nous la trouverons «nous encourageant nous-mêmes dans le Seigneur» et en nous dressant afin de tout sauver. Non pas avec des œuvres religieuses que beaucoup utilisent pour cacher le vide de leur vraie relation avec Dieu. Souhaitez-vous trouver le niveau de votre relation avec Dieu? Ne regardez pas à vos activités! Elles vous présenteront des résultats déformés! Au contraire, imaginez-vous sans aucune d'entre elle. Pourriez-vous avec Dieu sans aucune activité ou votre foi est-elle «maintenue par elle»? Votre relation avec Dieu est-elle vivante comme elle avait l'habitude de l'être lorsque vous avez cru pour la première fois? De nouveau, refusez d'utiliser les œuvres et la logique pour cacher la vérité! Vous avez besoin de la vérité! Paul nous explique qu'il faut nous examiner si nous avons la foi! Vous ne devez pas pleurer pour toute perte que vous pouvez avoir subie. Au contraire, vous devez faire face et vous encourager dans le Seigneur. Faites face et vous retrouverez tout. C'est ce que David choisit de faire:

1 Samuel 30:6-8, 18
«David fut dans une grande angoisse, car le peuple parlait de le lapider, parce que tous avaient de l’amertume dans l’âme, chacun à cause de ses fils et de ses filles. Mais David reprit courage en s’appuyant sur l’Éternel, son Dieu. Il dit au sacrificateur Abiathar, fils d’Achimélec: Apporte-moi donc l’éphod! Abiathar apporta l’éphod à David. Et David consulta l’Éternel, en disant: Poursuivrai-je cette troupe? L’atteindrai-je? L’Éternel lui répondit: Poursuis, car tu atteindras, et tu délivreras... David sauva tout ce que les Amalécites avaient pris, et il délivra aussi ses deux femmes.»

Le peuple pleurait. David en fit également de même. Personne ne réagit à la douleur en se réjouissant. La douleur est la douleur et elle peut entraîner les larmes. Toutefois, une fois le premier choc passé, il existe deux réactions. Tous les autres continuèrent de pleurer et ils tournèrent leur colère vers David (de manière similaire, la plupart étant en colère, ramassèrent des pierres contre l'état, les ministères, le peuple, Dieu et généralement tous ceux qu'ils considèrent comme responsables pour ce qui a été volé), mais David s'encouragea dans l'Éternel et lui demanda quoi faire. L'Éternel lui donna alors l'assurance que s'il poursuivait les Amalécites, il sauverait tout.

Pour résumer ce qu'il se passa à Tsiklag:

Bien qu'il y ait eu un vol, il y avait un moyen de tout retrouver.

Dieu n'empêcha pas le vol.

De même, Dieu ne dit pas à David ce qu'il fallait faire pour arrêter de pleurer et se tourner vers lui pour l'interroger.

La plupart d'entre nous ont passé des jours, des mois et même des années avec une question à l'esprit: «Pourquoi Dieu?» Mais le moment où cette question surpasse une expression sincère du cœur, comme Job le fit, ne mène nulle part. Ma réponse personnelle aux frustrations de la vie est que TOUTES choses fonctionnent ensemble pour le bien, pour ceux qui aiment Dieu (Romains 8:28)! TOUTES, aussi bien celles que nous pensons malfaisantes et celles qui sont bonnes. Votre vie n'est PAS dans les mains du diable, mais dans les mains de Dieu. Même si le diable vous a blessé, il y a un moyen de récupérer! La question, mon frère, n'est pas: «pourquoi Dieu»? La question critique est que vous devez faire face, vous encouragez dans l'Éternel, ne pas accepter le compromis avec la perte et ne pas accepter rien de moins dans votre relation avec Dieu que ce que vous aviez l'habitude d'avoir. Si vous agissez comme ceci, si vous faites face, alors je sais à 100 % ce qui se produira: vous retrouverez tout. C'est ce qui se passa également avec David et ses hommes. Dieu n'a pas changé. Souvenez-vous des temps heureux que vous avez eus avec lui, avant que le Tsiklag ne soit envahi. Il est le même. Vous pouvez avoir la même relation avec lui. Maintenant. Il ne s'agit pas d'une récupération éventuelle. Elle sera instantanée. Si seulement vous prenez la décision de ne pas compromettre et que vous ne pouvez plus vivre avec une espérance, une foi, un enthousiasme moindre par rapport à ce que vous aviez avant, la situation changera complètement à ce moment. La situation de David et ses hommes s'inversa au moment où ils décidèrent de ne pas accepter d'envahir Tsiklag, dont l'ennemi possédait leurs familles, leurs espoirs, leurs rêves et leurs enthousiasmes volés, mais ils voulurent un Tsiklag comme la ville était auparavant, un cœur pour espérer, la foi et l'enthousiasme qu'ils eurent avant. Et, exactement à ce moment, l'ennemi perdit la bataille. Car c'est à ce moment qu'ils arrêtèrent de pleurer et qu'ils commencèrent à se battre. En luttant, ils recouvrèrent TOUT!

Anastasios Kioulachoglou